CENCO : entre service après-vente et protection de l’Accord

In Actualités, Politique
CENCO, RDC

Le camp Kabila n’a pas aimé la dernière sortie des évêques catholiques sur la nomination du premier ministre Bruno Tshiba. Même si « la mission de la CENCO est terminée », selon le ministre Mende, les évêques catholiques n’entendent pas rester silencieux face à la « mauvaise foi ».

Dans son intervention, vendredi 21 avril, la CENCO a mis au pas le président Kabila. La nomination de Bruno Tshibala est « une entorse à l’accord du 31e décembre », assure-t-elle. Elle appelle alors à une application « de bonne foi » de l’accord sur la transition. Un accord devenu source de crédibilité des institutions congolaises, soutient la Communauté internationale. Plusieurs organisations le voient comme alternative à l’expiration du mandat du président Kabila le 20 décembre 2016.

Une semaine plus tôt, pareille critique a obligé Kinshasa à suspendre sa coopération militaire avec la Belgique. Didier Reynders, chef de la diplomatie belge, trouvait la décision de Kabila « ni à l’esprit ni à la lettre » de cet accord.

Dans un Tweet, l’organisation des évêques catholiques, la CENCO, promet pourtant de ne pas arrêter de dénoncer « toute mauvaise foi ». Lire aussi : Mgr Utembi : « N’attendez pas de la CENCO un coup d’Etat ».

La CENCO « en concurrence » avec le président de la République

La majorité présidentielle (MP) a répondu par un communiqué, appelant les prélats catholiques à « laisser à César ce qui est à César ». Une formule biblique par laquelle les politiques demandent aux religieux de rester à la paroisse, comme Mobutu en son temps.

La MP dénonce « une concurrence » des évêques « avec l’institution président de la République » qu’incarne Joseph Kabila. La Majorité « regrette énormément cette déclaration aux allures négationniste ». Et d’ajouter que les propos de la CENCO « sont perçus par l’opinion comme inexplicables. » Et qu’ils sont « éloignés de l’amour comme un des points cardinaux du christianisme ».

La Majorité du président va jusqu’à accuser les évêques catholiques d’entrer « en concurrence déloyale » vis-à-vis de du président.  Le président Kabila semble déterminé à ne plus l’écouter. Il profite des scissions qui secouent la plateforme de l’opposition qui a jusqu’ici offert une résistance au pouvoir.

Kabila prend l’accord sélectivement

D’autant plus, elle vient de bénéficier, après l’Union africaine, du soutien de la SADC. « L’accord du 31 décembre a respecté le principe d’inclusivité », a conclu la délégation SADC. C’était après avoir été reçue le 21 avril par le président Kabila, selon Actualité.cd.

Chaque jour qui passe, la RDC a tendance à s’enfoncer dans la crise alors que les protagonistes raidissent leurs positions. Reste à savoir quel rôle les évêques catholiques joueront dans ce contexte tendu. Plusieurs congolais leur reprochent d’avoir sauvé le régime Kabila annoncé finissant avec la mobilisation de la rue. C’était peu avant l’accord qui aujourd’hui semble ne plus intéresser le régime Kabila.

You may also read!

Kipushi ville

Marche pacifique à Kipushi pour réclamer le statut de ville

Des organisations de la société civile, des jeunes ainsi que des ressortissants de Kipushi vivant à Lubumbashi ont marché

Lire plus...
Bemba et Katumbi

Silence pesant de Bemba et Katumbi au sujet de Tshisekedi-Fayulu

Leurs points de vue sont très attendus sur l’élection et l’installation de Félix Tshisekedi comme président de la RDC

Lire plus...
Gabriel Kyungu

Gabriel Kyungu siégera à Lubumbashi à l’assemblée provinciale

Gabriel Kyungu wa Kumwanza, élu à la députation nationale et en même temps au parlement provincial à Lubumbashi, a

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders