Ex-Katanga : les violences entre pygmées et Bantus persistent

Dans Actualités

Environ  46.000 personnes ont les conflits entre Pygmées et Bantus au cours du 1er trimestre dans les provinces du Haut-Lomami et du Haut-Katanga. Avec les violences dans le Kasaï et dans le Tanganyika, ces chiffres risquent d’augmenter dans les semaines à venir, indique le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU, OCHA.

Ces chiffres portent à 45% le déplacement des populations par rapport au dernier trimestre de 2016 (25.000 déplacés) dans la même région. Mais les violences dans le Kasaï pourraient amener de nouveaux déplacés dans la région, indique OCHA.

Une situation humanitaire inquiétante

Selon la Commission mouvements de population (CMP), « 76% de ces déplacements résultent des violences dues au conflit communautaire entre les Luba et Twa dans le Tanganyika ; 24% restant sont attribués aux activités des hommes armés dans le sud-ouest du Territoire de Mitwaba », rapportent les sources humanitaires.

Le 24 mars, la même source indiquait que le territoire de Manono a enregistré 45.000 déplacés entre mi-décembre 2016 et mi-février 2017. Manono est l’un des territoires les plus touchés par le conflit qui oppose Pygmées et Baluba, dans l’ancienne province du Katanga, au sud-est de la RDC.

Une dizaine de personnes ont trouvé la mort dans les récents affrontements entre les deux communautés dans groupement Mambwe, fin mars 2017, dans le Manono, a indiqué à Anadolu, sous anonymat, un journaliste précisant qu’il s’agit d’un bilan provisoire.

Il y a seulement un mois, le 26 février, les deux communautés signaient à Kalemie, capitale du Tanganyika, un pacte de non-agression. Plusieurs ont espéré le début d’une cohabitation pacifique.

Le triangle de la mort

Située dans le « triangle de la mort » (appelant de l’ONU en 2012 pour alerter sur la crise), la région nord de l’ex-province du Katanga, peine à sortir du cycle des violences. Les conflits entre les ethnies Luba et Twa (pygmées) continuent à déplacer de nombreuses personnes.

Cette région a connu deux guerres : celle dite de libération, menée par Lauren-Désiré Kabila, et celle dite d’agression soutenue par ses anciens alliés rwandais et ougandais. Aussi, l’activisme de la milice séparatiste May-may Kata Katanga y a laissé d’importants stigmates dont le conflit communautaire en cours.

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

Vous pouvez aussi lire!

Katanga, coutumes

Coutumes et politique, le difficile choix des chefs en RDC

La tradition aux villageois et au village. Mais aux chefs traditionnels, accordez la politique et une belle vie en

Lire plus...
Jean-Claude Kazembe, Haut-Katanga

Haut-Katanga : Jean-Claude Kazembe tombe à la cour suprême

La Cour suprême de justice de RDC s’est déclarée incompétente pour statuer sur le contentieux électoral dans le Haut-Katanga.

Lire plus...
Katanga, Ikombi Moponda

Mgr Ikombi : Le Katanga est « tout un esprit »

Deux ans se sont écoulés depuis (2015) le découpage territorial qui a éclaté le Katanga en quatre provinces. Mais

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders