Katumbi : « La mission de la CENCO doit être respectée et poursuivie »

Dans Actualités, Opinions, Politique

La République démocratique du Congo s’interroge sur sa démocratie, 27 ans après l’enfantement douloureux, sous les larmes du maréchal Mobutu. « Que devient le chef », dans ce pluralisme politique confus qui s’ouvre alors, demandait le dictateur sentant venu le temps des turbulences.

Ni lui, Mobutu, ni quiconque, personne n’a véritablement réussi à répondre à cette interrogation. Le sénateur Mokonda, prenant la mesure de tout ce que l’on a dit du tombeur de Kasavubu, ne s’est empêché d’affirmer défiant, que « Mobutu est un des artisans de la démocratie en RDC ».

Le Zaïre, ça vaut parfois mieux que la République « démocratique »

Hier, on aurait chahuté ce sénateur, blâmé ou simplement, en termes bibliques, frappé l’anathème. Mais qui peut prouver, au point où en est la RDC, malade et exsangue, sans leadership politique et sans économie stable, que l’ex-Zaïre semble mieux se porter que l’actuelle République « démocratique » du Congo?

Bien. Reconnaissons ici, en effet, que Mobutu a donné à la démocratie congolaise non pas ce que la rue et le temps lui imposaient de donner. Autant le Régime Kabila, à bout d’initiative et louvoyant, a donné à ses multiples dialogues, ce que personne n’attend. Dialoguer, la journaliste belge Colette Braeckman l’a bien dit du président Kabila, c’est pour approcher ses adversaires afin de les anéantir, politiquement. « Talk and fight! » Il l’a fait encore avec le Rassemblement aujourd’hui divisé!

Même Dieu en aurait marre de la démocratie congolaise

Les évêques catholiques, malgré leur bonté et leurs erreurs, ce que d’ailleurs partagent tous les humains, ont peut-être eu tort de croire que monsieur Kabila qui leur confiait la mission des bons offices en décembre 2016, était devenu du coup prompt à respecter ses engagements. Fatigués, dépités par une classe politique qui sait bien se battre pour pourrir le temps, la patience, la bonté et l’amour, les prélats catholiques auront au moins tenté de sauver le pays du pire.

Même si chemin faisant, ils ont déçu les partisans d’une alternance par la rue, d’un dialogue par la révolte (contradictoire !), inspirée de la révolution burkinabè. Maintenant qu’il ne reste ni accord ni constitution à respecter en RDC, ces congolais déçus ont le droit de croire que les bons évêques catholiques et leurs bons offices, ont sauvé le président Kabila.  

Je crois néanmoins, qu’ils ont eu raison d’oser croire, car c’est en cela qu’ils prêchent l’amour et démontrent qu’ils ne haïssent pas Kabila comme essaient de le faire croire les anges de la mort autour du président.

Au Congo, ce qui est juste n’intéresse pas

L’ONU, mais aussi des esprits qui arrivent encore à voir un peu de lumière dans cette nuit noire congolaise, savent qu’il n’y a de légitimité que par cet accord taillé par la CENCO le 31 décembre. D’aucuns le voient comme le seul point de convergence des congolais, quand ils peuvent penser à la légalité.

Moïse Katumbi, celui dont l’ombre semble couvrir cet accord dont on ne veut plus ou du moins, qui semble oublié depuis l’avènement de Bruno Tshibala au pouvoir, espérait reprendre du poil de la bête, et revenir de son exil médico-politique. Il ne serait peut-pas aussi plus vertueux que ses compères de l’opposition.

Tous, pas non plus angéliques que les « méchants » au pouvoir que l’on désigne parfois sans recul. Sinon, au nom de l’amour du Congo et de la démocratie, ils faciliteraient aussi la tâche à Kabila, pour qu’il montre aussi la grandeur de sa bonne foi tant chantée.

Mais, Katumbi n’a pas tort de croire que cet accord rejeté et banni avant même d’avoir été appliqué est juste, tout autant que la mission des évêques catholiques. Une mission qui « doit être respectée et poursuivie », insiste l’opposant. C’est le Congo qui en profitera, et c’est la démocratie qui triomphera. Mais au Congo, quand on dit démocratie, ce ne voit pas les idées et idéaux, mais les ventres.

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

Vous pouvez aussi lire!

Lubumbashi

Lubumbashi : Kapufi arrête de poursuivre le journaliste Jeff Mwingamb

La ministre du genre du Haut-Katanga Viviane Kapufi a retiré sa plainte contre le journaliste Jeff Mwingamb le vendredi

Lire plus...
Katanga, Jessé Numbi

Jessé Numbi : « les attaques tribales et la haine vont affaiblir le Katanga »

Le basculement progressif de Lubumbashi vers l’opposition attire plusieurs attentions sur cette ville qui se rebelle. Le pourvoir de

Lire plus...
Labi mpiana, Taux de change

RDC : un taux de change politique pour baisser les salaires des fonctionnaires

Le gouvernement de la RDC essaie, non sans peine, de stopper la dépréciation du Franc Congolais. C’est sans exclure

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders