RDC : réinventer la liberté de la presse avec Internet

Dans Actualités, Opinions
Photographie, presse

A Lubumbashi, des médias d’opposants politiques ont été réduits au silence. Mais les gens s’informent et s’expriment. Cette guerre qui décime la presse n’est pas la nôtre, vous le savez bien ! Internet a rendu presqu’illusoire la tentative de contrôler la parole publique en RDC. Investissons-le !

La Voix du Katanga, Jua radio-télévision, Mapendo télévision et Nyota radio-télévision ont été tues, un ou deux ans déjà ! Le gouvernement reproche à ces médias de ses anciens alliés du président Kabila, d’être non en règle avec le fisc. Mais on sait combien cet argument ne tient qu’à la forme. Surtout lorsque Nyota indique qu’elle a déjà payé ses dettes.

Internet redéfinit le périmètre de la liberté de la presse en RDC

On peut presque parier que le régime Kabila ne laissera pas émettre ces médias. Quitte à voir des emplois, des centaines (20, 300, 400?) supprimés, au nom de la haine ou de l’intolérance politique. Finalement, les lumières éteintes ne sont que celles des plateaux des télévisions. Celles des cœurs libres et connectés ont relui dans la nuit congolaise. Internet ! Lubumbashi aurait pu rester en voix mono, mais Internet le veut encore en stéréo.

En ce 3 mai, journée de la liberté de la presse, Internet représente lumières et parole déchaînées. Des jeunes ont fait de You Tube et Sound Cloud les télévisions et radios qu’ils ont perdues. Bien plus, avec les sites web et contenus infinis sur la RDC, les internautes congolais s’informent mieux et avant des médias de la blague.

Certes, c’est peut-être sans commune mesure avec les lumières des plateaux des télévisions huppés des puissants. Mais cet audiovisuel, libre et par le bas, populaire en plus, a de l’avenir ! Surtout quand il déchaine les libertés et contourne la censure rangée derrière les intimidations.

La liberté de la presse, sur Internet à présent !

Internet en RDC
Une page web sur mobile. Lubumbashi, RDC. Photo Didier Makal.

Sur le web congolais et d’ailleurs, je retrouve des libertés congolaises que l’on a crues assassinées. A-t-on seulement compris qu’en plein siècle des libertés par les TIC, le monde en veut à la censure ? Laissons-les se mirer, se flatter devant leurs télévisions. Allons sur Internet, réinventons notre liberté !

J’ai le cœur en peine, à considérer le désintéressement populaire pour l’audiovisuel public, puis un certain audiovisuel privé un peu kitch et chantre.

Dommage que nous journalistes, nous y éteignions nos lumières et notre voix! La profession des journalistes s’en trouve tiraillée entre deux visions médiocres de l’information et de la citoyenneté. Les opposants la veulent libre pour qu’elle rapporte des critiques, parfois des crudités, des discours rarement raffinés. Le pouvoir la veut militante, une presse des chantres, une presse qui s’endort et endort. Une presse d’acolytes !

Pendant ce temps-là, les « masses », s’enfuient vers d’autres approches rendues faciles par les TIC. Jamais bêtes et aussi écervelées qu’on les imagine, les congolais jugent politiques, médias et pasteurs ! Je vous le redis, allons vers Internet, et réinventons notre liberté !

La presse, à Lubumbashi, est un peu comme les Kivu, en RDC : victimes d’une guerre qui n’est pas la leur. On n’abandonnera pas nos frères, on ne quittera pas cette terre qui est la nôtre aussi !

Didier Makal

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

Vous pouvez aussi lire!

Katanga, coutumes

Coutumes et politique, le difficile choix des chefs en RDC

La tradition aux villageois et au village. Mais aux chefs traditionnels, accordez la politique et une belle vie en

Lire plus...
Jean-Claude Kazembe, Haut-Katanga

Haut-Katanga : Jean-Claude Kazembe tombe à la cour suprême

La Cour suprême de justice de RDC s’est déclarée incompétente pour statuer sur le contentieux électoral dans le Haut-Katanga.

Lire plus...
Katanga, Ikombi Moponda

Mgr Ikombi : Le Katanga est « tout un esprit »

Deux ans se sont écoulés depuis (2015) le découpage territorial qui a éclaté le Katanga en quatre provinces. Mais

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders