Bois rouge : trois responsables suspendus à Lubumbashi

Dans Actualités, Congo profond, Environnement
Lubumbashi, Bois rouge

Trois responsables impliqués dans le trafic du bois rouge du Haut-Katanga ont été suspendus le 3 mai à Lubumbashi. Il fallait « arrêter le scandale », a indiqué  le chef de cabinet du président Joseph Kabila. En avril, 499 camions chargés de bois rouge congolais étaient arrêtés en Zambie.

Le directeur provincial de la migration (la DGM), celui des douanes et accises (DGDA) ainsi que le coordonnateur provincial l’environnement sont les premiers sanctionnés. Ils sont soupçonnés d’implication dans le commerce controversé du bois rouge, soit de « laxisme ». Les autorités n’en ont pas dit assez sur leur responsabilité. Le bois rouge est notamment utilisé dans la fabrication des meubles de luxe ou des armes.

D’autres personnes, notamment des militaires, pourraient être interpellées dans le même dossier. « Les enquêtes sont ouvertes à charge de toute personne impliquée dans l’exploitation irrégulière du bois. Ces personnes peuvent être des civiles ou des militaires », a indiqué Néhémie Wilanya, le chef de cabinet du président Kabila.

Arrêter le scandale autour du bois rouge

« Le président de la République a jugé utile que des mesures urgentes, immédiates, soient prises pour arrêter l’hémorragie, sinon pour arrêter le scandale. » Des mots pas forts, selon Néhémie Wilanya, au regard de l’ampleur de la déforestation qu’il a pu constater. « Un vaste mouvement de déforestation », « un mouvement de coupe anarchique de bois, notamment du bois rouge. » Il conduisait depuis 3 jours une mission constituée des ministres nationaux et des chefs des services de sécurité dépêchée par le président Kabila.

Depuis 2015, Mgr Fulgence Muteba, évêque catholique de Kilwa, alerte sur une grande destruction des forêts. « Cette exploitation à forte intensité du bois rouge ne profite guère aux communautés locales », dans une interview à Jeune Afrique. Ce bois est exploité dans la région de Kasenga, proche du lac Moero, au nord-est de Lubumbashi. Sa destination serait la Chine, selon certaines sources.

Début avril 2017, la Zambie frontalière du Haut-Katanga avait saisi 499 camions chargés de bois rouge. Alors que les exploitants forestiers dénonçaient une saisie sans motif, le vice-ministre de l’environnement indiquait que le bois rouge est une espèce protégée en RDC, interdite donc d’exploitation.

Des taxes perçues sur un bois rouge interdit

La surprise c’est que les autorités ont continué à percevoir des taxes sur ce bois. En mars 2017, les forestiers critiquaient même l’augmentation des taxes. Deux mois plus tôt, les députés enquêtaient sur le même bois. Leur appel à l’arrêt d’exploitation est resté sans suite. L’opposant Moïse Katumbi, ancien gouverneur du Katanga dont est issu le Haut-Katanga lors du découpage de 2015, a même dénoncé une attaque aux forêts, après en avoir fini avec les mines.

La commission dépêchée par le président Joseph Kabila a aussi suspendu les autorisations d’exploitation forestière. « A quelque niveau [que ce soit] de coupe de bois, toute autorisation d’exportation de bois, (…) sont suspendues jusqu’à nouvel ordre. » En revanche, le bois saisi est placé sous le régime des mesures conservatoires et de saisie judiciaire. La délégation évoque la nécessité de réviser le code forestier. Mais cela risque d’arriver à long terme vu les urgences politiques actuelles, dominées par l’organisation des élections.

Didier Makal

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

Vous pouvez aussi lire!

Lubumbashi

Lubumbashi : Kapufi arrête de poursuivre le journaliste Jeff Mwingamb

La ministre du genre du Haut-Katanga Viviane Kapufi a retiré sa plainte contre le journaliste Jeff Mwingamb le vendredi

Lire plus...
Katanga, Jessé Numbi

Jessé Numbi : « les attaques tribales et la haine vont affaiblir le Katanga »

Le basculement progressif de Lubumbashi vers l’opposition attire plusieurs attentions sur cette ville qui se rebelle. Le pourvoir de

Lire plus...
Labi mpiana, Taux de change

RDC : un taux de change politique pour baisser les salaires des fonctionnaires

Le gouvernement de la RDC essaie, non sans peine, de stopper la dépréciation du Franc Congolais. C’est sans exclure

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders