Gouverneurs déchus, malaise au sein du régime Kabila

Dans Actualités, Opinions, Politique
Joseph Kabila, loi électorale

Après Jean-Claude Kazembe, gouverneur du Haut-Katanga, Célestin Mbuyu a été déchu par les députés du Haut-Lomami vendredi 5 mai à Kamina. La majorité du président Kabila semble vivre des remous profonds. En même temps, l’unanimité dans l’ex-Katanga habituelle semble s’effriter.

Les députés ont décidé, 18 voix pour, 3 contre sur 23 votants : Célestin Mbuyu s’arrête le 5 mai. Il ne sera plus gouverneur du Haut-Lomami, ancienne capitale du district du même nom, dans l’ancienne province du Katanga démembrée en 2015. Malgré la semaine qui a couru avant sa déchéance, dès le dépôt de la motion de censure, l’ancien ministre de l’intérieur de Joseph Kabila (2008-2009), n’a pas pu sauver sa peau.

Les députés essaient de se faire respecter dans l’ex-Katanga

Exit Mbuyu ! L’assemblée a ainsi décidé d’en finir avec « la mauvaise gestion » qu’elle reproche à Célestin Mbuyu. Il aurait aussi entretenu les conflits coutumiers au lieu de les réduire, selon les députés. Mêmes accusations que son collègue Jean-Claude Kazembe, même chute !

En termes moins voilés, lorsque par fausse modestie les congolais disent « Mégestion » ils disent gabegie financière, détournement. Pire, ils désignent le vol, le pillage… Étonnant que cela vienne des dirigeants élus, parmi les plus défenseur du système Kabila comme Mbuyu.

A voir le sérieux que semblent avoir tout à coup pris les députés dans l’ex-Katanga, on croirait que les temps ont changé. Les députés, dans le Haut-Lomami comme dans le Haut-Katanga, semblent reprendre leur pouvoir et décidé de se faire respecter.

Quoi de plus normal, quand au nom de la Majorité présidentielle, Aubin Minaku peut contrôler la gestion du gouverneur Kazembe. Il l’annonçait, des semaines avant la chute du désormais presque ex-gouverneur du Haut-Katanga. En revanche, Kazembe a préféré chercher du soutien à Kinshasa et boycotter l’appel des députés, sur fond d’une motion de censure le visant. Il a été destitué sans que personne ne le sauve dans la capitale.

Majorité présidentielle Katanga
Enseigne devant le siège de la Majorité présidentielle à Lubumbashi (2015). Photo Didier Makal.

On l’accuse de rage, et on noie le chien qui énerve

Mais les congolais savent à quel point ce réveil tardif, sinon circonstanciel des députés, a un avenir fugace.  Ce n’est pas mordre à la théorie du complot que de créditer du doute les gouverneurs déchus. Le chien qui énerve, on l’accuse de rage, et on le noie ! C’est aussi vieux que la démocratie. Bien plus encore, lorsqu’il s’agit de la majorité du président Kabila, fermé aux discussions internes. La naissance du G7 regroupant les frondeurs exclus de la MP en témoigne.

On se demande donc pourquoi ces déchéances sans que la MP ne montre la moindre inquiétude. Pourtant, dans cette région réputée soudée derrière le président Kabila, les dissensions montent. Une diversion ? Une purge ? Cela supposerait que les gouverneurs déchus se soient éloignés du chef. Pour qui alors ? Seraient-ils victimes des guerres des clans, de la « boulimie des faucons » du régime, ou de nouveaux puissants de la plateforme, comme le laissent entendre les proches de Jean-Claude Kazembe ? Pas de réponse jusqu’ici. Mais wait ans see ! Attendons voir.

Laissons la fumée monter, le feu ou les flammes apparaîtront clairement. Une chose est sûre : la chute de Célestin Mbuyu révèle un malaise profond au sein de la famille politique du président Kabila. Avec lui, il a partagé la « régalienneté » de son pouvoir comme ministre de l’intérieur. Doyen des gouverneurs, défenseur de la gestion Kabila, il ne peut tomber si facilement sans raison.

Trois voix favorables contre 18 qui décident de son départ, avec « un mot d’ordre » de la MP, comme à l’accoutumée, il resterait à son poste. Aussi, mauvaise gestion, Mbuyu ou Kazembe ne sont pas les pires des dirigeants congolais. Pourtant, tout le monde ne finit pas comme eux.

CD

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

Vous pouvez aussi lire!

Insfrastructures

UA : ils croient aux Infrastructures pour le Développent en Afrique

Les infrastructures vont façonner le développement de l’Afrique. C’est ce que pensent plusieurs leaders sur le continent, à l’instar

Lire plus...
Sommet Infrastructure

Namibia-Swakopmund : Infrastructures pour le développement de l’Afrique

Le ministre namibien du transport et travaux public a donné le coup d’envois de la semaine de plan d’Infrastructure

Lire plus...
Identité Katangaise, Katanga awards

Feux sur Katanga Awards 2017

Au lendemain déjà du grand soir de la cérémonie de remise des prix, les appréciations des résultats des votes

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders