Linafoot, un championnat à durée indéterminée

In Actualités, Congo profond
Linafoot: Mazembe-Vita

Les congolais savent à quelle date démarre la Linafoot, Ligue nationale de Football, ils ignorent quand elle prend fin. Cela fait plusieurs saisons sportives. Les échéances fixées au début du championnat peinent à être exécutées. Les raisons avancées par l’instance laissent parfois perplexe, en RDC.

La Linafoot manque d’infrastructures sportives sérieuses en province. Quelques quatre stades seulement sur la vingtaine répondent aux normes. Elles sont à Lubumbashi et dans la capitale Kinshasa. Aussi, le déplacement des équipes pose problème : pas de routes ni de compagnies d’aviation pour relier les sites de jeux. La Ligue programme des matchs mais ne sait comment ils se joueront.

Bien plus, alors que la RDC en est à sa 22e édition du championnat de football, les recettes générées sont presque nulles. Les équipes recevraient aussi des pourcentages insignifiants sur les rentrées des matchs. Un responsable d’équipe engagée dans la Linafoot a même dénoncé une mauvaise gestion des recettes du championnat.

Linafoot RDC
Les joueurs de TP Mazembe (blanc) et de Vita Club (vert) au stade de Kamalondo à Lubumbashi. Photo Didier Makal, 2016.

Influences et combines au sein de la Linafoot

En revanche, le mal profond de la Linafoot semble politique. Responsable du football en RDC et devant la Fifa, la Fédération Congolaise de Football Associations (Fécofa) peine à peser sur Vita, Sanga Balnde, Mazembe, Renaissance et Lupopo, équipes dirigées par les politiciens.

Le non-respect du calendrier des rencontres serait alors parfois le fait de leurs influences, selon les sportifs. Ainsi, la Fécofa a fait rater la rencontre Vita Club-Don Bosco prévue le 08 avril 2017. Elle a envoyé Don Bosco jouer un tournoi d’amitié pour lequel elle a reçu sa caution de participation.

Des drapelets disparaissent, un match échoue à Kinshasa

Ces reports incessants des matchs finissent par décourager le public congolais. Fédération et clubs en sont responsables, selon le journaliste sportif Héritier Katanga. « Notre championnat perd de plus en plus de valeur en Afrique, même si nous avons de grands clubs comme Mazembe ou Vita », considère-t-il.

Parfois, ces reports servent à éviter des rencontres jugées défavorables à certaines équipes qui devrait gagner à tout prix. Ainsi, le Renaissance-DCMP programmé lundi 8 mai n’a pas été joué parce que les drapelets ont disparu du stade, à Kinshasa. L’arbitre a annulé le match alors que des milliers de supporters attendaient. Plusieurs journalistes pensent que cela pourrait être une manœuvre d’une équipe qui a estimé moindres ses chances de l’emporter.

Vous pourriez aimer aussi « RDC : l’inquiétude malgré la victoire sur la Lybie ».

Richard Tujibikile

You may also read!

CENI, Calendrier électoral, CENI RDC, Processus électoral

La Céni RDC tient au respect du calendrier électoral

Le 8 juillet 2018, la Céni a clôturé la réception des candidatures aux provinciales en RDC. Elle a annoncé,

Lire plus...
Clotilde Mutita, CENI

G7 – Ensemble : « C’est l’heure de mettre la CENI face à ses responsabilités » (C. Mutita)

Dans la ville de Lubumbashi, l’opposition acquise à Moise Katumbi a déposé la liste de ses candidats aux provinciales.

Lire plus...
Internet en RDC

Hubert Tshiswaka : « La société civile a failli à sa mission »

Le défenseur des droits de l’homme Hubert Tshiswaka était invité au café de presse de vendredi à Lubumbashi. Il

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders