Ex-Katanga : l’alimentation scolaire baisse de 65%

In Actualités, Congo profond
Haut-Katanga, PAM

Le PAM, Programme alimentaire mondial, a réduit son soutien aux repas scolaires dans l’ex-Katanga. Ses ressources ayant baissé, son aide ira à la malnutrition aiguë et aux nouveaux déplacés.

La réduction des repas scolaires a atteint 65% dans le Haut-Katanga. Dans les territoires de Mitwaba et Pweto, seuls 6.300 élèves répartis dans 18 écoles reçoivent désormais. Un an plus tôt, environ 18.000 élèves de 54 écoles en avaient bénéficié. Dans cette région touchée par les conflits opposant Pygmées et Bantus, la faim constitue une cause majeure de la perdition scolaire.

La cantine scolaire pour diminuer les abandons dans l’ex-Katanga

A Mitwaba, certains élèves s’endormaient en classe parce qu’affamés, explique Kabongo Edouard, directeur d’une école. D’autres séchaient les cours pour chercher de la nourriture. « Sur un effectif de 700 élèves de 6 à 12 ans inscrits au cours du cycle scolaire actuel, près de la moitié sont en dehors du circuit scolaire pour des raisons diverses », a indiqué Kabongo Edouard.

Cantine scolaire dans le Haut-Katanga
Des élèves en train de manger dans leur classe dans l’ex-Katanga. Source: PAM

Dans l’ancien Katanga, la demande en ressources alimentaires augmente. Mais les refinancements baissent, indique le PAM. Certaines écoles ont vu alors réduire ou arrêter les repas scolaires. le PAM doit désormais se concentrer sur les urgences de malnutrition et à soutenir les « nouveaux ménages déplacés les familles d’accueil vulnérables. »

Le repas journalier qu’offre le PAM comprend des céréales enrichies, des légumineuses, de l’huile végétale et du sel iodé. « En plus de proposer de la nourriture aux élèves, les cantines scolaires servent à manger à leurs enseignants », explique OCHA. C’est parfois, pour certains élèves, l’unique repas de la journée.

Une insécurité alimentaire n’épargne pas l’école

En plus, les Haut-Katanga, Haut-Lomami et Lualaba enregistrent de faibles indicateurs scolaires. Les humanitaires lie ce phénomène au taux de malnutrition qui dépasse le seuil d’urgence fixé à 10%. Ces régions sont aussi en proie à l’insécurité alimentaire du fait des différentes crises telles les catastrophes naturelles et les épidémies (choléra et rougeole).

L’alimentation scolaire constitue une approche qui a donné de bons résultats dans l’ancien Katanga, expérimentée par le PAM. Il la propose au gouvernement congolais, avec son soutien, en vue de réduire la pauvreté et accroître les succès scolaires.

CD

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

La chute du cobalt fait chuter Mutanda mining dans le Lualaba

La société minière Mutanda Mining (Mumi), appartenant à Glencore, traverse des moments difficiles. Elle annonce ne plus faire de

Lire plus...
Hubert Tshiswaka

Hubert Tshiswaka: « Les jeunes doivent participer au changement »

Au forum sur l’autonomisation des jeunes Congolais, le défenseur des droits de l’homme Hubert Tshiswaka a invité les jeunes

Lire plus...
Patrick Muyaya

Patrick Muyaya : « Il faut que les Congolais cessent d’être un problème pour eux-mêmes »

Les jeunes des villes congolaises sont des « privilégiés ». Et pour cela, ils ont le devoir d’agir pour les autres

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders