Jean-Claude Kazembe attend la Cour constitutionnelle

Dans Actualités, Politique
Jean-Claude Kazembe

Le gouverneur Jean-Claude Kazembe n’a pas accepté sa destitution par les députés du Haut-Katanga. D’après ses proches, il a saisi la Cour constitutionnelle, dénonçant notamment la nomination d’un intérimaire par le ministre de l’intérieur. Que peut-il espérer de la justice après la « censure »?

Les griefs que les députés ont retenus contre Jean-Claude Kazembe « mauvaise gestion » et « conflits tribaux » Pour Thierry Mukelekele, l’assemblée devait enquêter sur ces accusations, ce qui n’aurait pas été fait. Bien plus, « la censure est une décision extrême, quand d’autres voies ont été épuisées », a-t-il dit à Congo Durable.

Jean-Claude Kazembe à la Cour constitutionnelle

Attendu à l’assemblée pour des explications sur les accusations portées contre lui dans une motion de censure, Jean-Claude s’est retrouvé à Kinshasa, « appelé pour une consultation » par sa hiérarchie, annonçait la presse du gouvernorat. Destitué, dans la foulée, le gouverneur du Haut-Katanga dénonce la décision du ministre de l’intérieur nommant un intérimaire à sa place. « Un ministre ne peut nommer un gouvernement ni le désigner », a déclaré à CD Hebdo, Thierry Mukelekele, un proche de M. Kazembe.

Selon la même personne, « Jean-Claude Kazembe a encore ses chances d’être rétabli », étant donné que l’Assemblée provinciale l’a reconnue « non compétente ». La Cour constitutionnelle devrait se prononcer au cours de la semaine, les 30 durant lesquels elle doit se prononcer sur la requête en inconstitutionnalité arrivant à la fin.

Vous pouvez lire aussi : Les trois erreurs fatales de Jean-Claude Kazembe.

Un intérimaire pour expédier « les affaires courantes »

Pour Me Théophile Kazadi, avocat près la cour d’appel de Kinshasa-Gombe, la décision du ministre de l’intérieur vise à assurer la gestion administrative de la province. Il ajoute :

« Comme le gouverneur a été déchu, la loi ne lui accorde pas la possibilité de gérer les affaires courantes. C’est pourquoi il revenait au ministre de l’intérieur de nommer un intérimaire. C’est en attendant que l’Assemblée provinciale passe aux élections d’un autre gouverneur. »

Ses actions sont limitées, explique le juriste. « Le Haut Katanga ne devait pas rester sans gestionnaire », a ajouté Me Théophile Kazadi. Mais de l’avis de Thierry Mukelekele, le gouverner ayant été déchu, ses ministres ne devraient rester en fonction.

Depuis la destitution de monsieur Kazembe, le Haut-Katanga est dirigé par le ministre Célestin Pande Kapopo, ministre de l’Économie dans le même gouvernement.

Willy Mbuyu, Richard Tujibikile

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

Vous pouvez aussi lire!

Lubumbashi

Lubumbashi : Kapufi arrête de poursuivre le journaliste Jeff Mwingamb

La ministre du genre du Haut-Katanga Viviane Kapufi a retiré sa plainte contre le journaliste Jeff Mwingamb le vendredi

Lire plus...
Katanga, Jessé Numbi

Jessé Numbi : « les attaques tribales et la haine vont affaiblir le Katanga »

Le basculement progressif de Lubumbashi vers l’opposition attire plusieurs attentions sur cette ville qui se rebelle. Le pourvoir de

Lire plus...
Labi mpiana, Taux de change

RDC : un taux de change politique pour baisser les salaires des fonctionnaires

Le gouvernement de la RDC essaie, non sans peine, de stopper la dépréciation du Franc Congolais. C’est sans exclure

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders