Jean-Claude Kazembe rétabli, et l’assemblée?

Dans Actualités, Politique
Jean-Claude Kazembe

Le gouverneur Jean-Claude Kazembe revient à la tête du Haut-Katanga, province dont il a été déchu le 18 avril. C’est ce que dit l’arrêt de la Cour constitutionnelle rendu le 26 mai à Kinshasa. Monsieur Kazembe a dénoncé l’inconstitutionnalité de la motion de censure ayant conduit à sa chute.


Un mois et huit jours après sa destitution, la Haute cour congolaise a rétabli Jean-Claude Kazembe. Le gouverneur déchu a estimé que la procédure n’a pas été respectée par les députés du Haut-Katanga.

Des erreurs dans la destitution de Jean-Claude Kazembe

Selon Thierry Mukelekele, proche du gouverneur Kazembe, « des erreurs de procédure » ont joué en sa faveur. Il estime que Jean-Claude Kazembe n’a jamais été visé par une motion d’information auparavant, pas non plus par une interpellation. Aussi, s’étonne-t-il, « l’assemblée a déclaré la Cour incompétente, une cour constitutionnelle ! » Et d’ajouter : « moi personnellement, j’attendais cette décision. »

Vous pouvez lire aussi : Jean-Claude Kazembe attend la Cour constitutionnelle.

Jean-Claude Kazembe aurait aussi profité de l’argument de sa défense qu’il n’a pas eu le temps de se défendre. Sa destitution, en effet, a eu lieu en son absence. De cette manière, il ne pouvait se défendre a indiqué Thierry Mukelekele. Aussi, Invité par les députés pour s’expliquer, alors visé par une motion de censure, Kazembe s’était absenté pour un déplacement à Kinshasa.

Le gouverneur du Haut-Katanga a, par ailleurs, dénoncé la nomination d’un intérimaire par le ministre de l’intérieur.

Une crise en gestation entre gouvernorat et assemblée du Haut-Katanga

Jean-Claude Kazembe retourne à la tête d’une province où le parlement provincial lui a retiré sa confiance. La déchéance était votée à l’unanimité, en effet. Ce qui, de manière pratique, risque de voir démarrer désormais une crise entre les deux instances.

L’arrêt de la Cour humilie pratiquement l’assemblée du Haut-Katanga. Son image, désormais, est celle d’un organe législatif qui ne maîtrise pas de procédure de destitution de gouverneur. Une image pas facile à porter. C’est ce que dit pourtant la cour en jugeant « inconstitutionnelle » la motion de censure ayant conduit à la chute du gouverneur Kazembe.

Pour Abel Amundala de Vision nationale, membre du G7, cette destitution est révélatrice de « désordre » dans la gestion de la RDC. Il voit même « Joseph Kabila grand perdant qui devient de plus en plus impopulaire au Katanga. » L’opposant dit ne pas comprendre « que Kazembe déchu par les députés à travers une motion de censure soutenue par sa famille politique et qui du reste a même nommé un intérimaire », revienne au pouvoir après une bataille en solo à la Cour constitutionnelle.

Sur les réseaux sociaux, les critiques d’internautes sont nombreuses. Nono Nlandu y voit une assemblée sacrifiée.

D’autres internautes évoquent un discrédit.

Monsieur Kazembe était accusée de mauvaise gestion et d’attiser des conflits dans sa province.

CD

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

Vous pouvez aussi lire!

Katanga, Jessé Numbi

Jessé Numbi : « les attaques tribales et la haine vont affaiblir le Katanga »

Le basculement progressif de Lubumbashi vers l’opposition attire plusieurs attentions sur cette ville qui se rebelle. Le pourvoir de

Lire plus...
Labi mpiana, Taux de change

RDC : un taux de change politique pour baisser les salaires des fonctionnaires

Le gouvernement de la RDC essaie, non sans peine, de stopper la dépréciation du Franc Congolais. C’est sans exclure

Lire plus...
Lubumbashi Célestin Pande

Célestin Pande confirmé gouverneur du Haut-Katanga

C’est confirmé, Célestin Pande est gouverneur du Haut-Katanga. La cour d’appel de Lubumbashi s’est prononcée, samedi 9 septembre 2017,

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders