Cuivre et cobalt ne profitent aux paysans à Kolwezi

In Congo profond, Environnement
Creuseurs, Kolwezi, cobalt

L’Etat congolais au banc des accusés dans les désordres de l’industrie du cuivre et du cobalt, dans le Katanga. A l’issue du rendez-vous des miniers, Indaba Alternatif 2017 du 23 au 25 mai à Kolwezi, les organisations de la société civile ont estimé que le pouvoir public protège les paysans.

Pour les organisations de la société civile présentes à ce forum à Kolwezi, le pouvoir couvre les miniers. Les décisions qu’il prend ont pourtant un impact sur les communautés environnant les mines. Les paysans se trouvent « exclus » des bénéfices miniers, d’après la société civile.  Elle cite « la faiblesse des institutions (publiques), de la corruption, la mauvaise gouvernance ». Bien plus, expliquent les participants, la pauvreté s’accentue.

Des pauvres sur une terre de cuivre et de cobalt

Le mémorandum remis au gouverneur du Lualaba Richard Muyej, relève comme conséquence directe, « une mauvaise cohabitation avec les communautés locales affectées. »

A l’ouverture du forum de Kolwezi, le gouverneur Richard Muyej s’est montré sensible. « La précarité dans laquelle vit notre population ne peut être justifiée vu les richesses que regorge le Lualaba ». Pour lui, « il y a lieu de résoudre ce problème. Car, la population qui a beaucoup donné attend jouir de ses richesses. » 

« Les désordres » dans les mines à Kolwezi

Le secteur artisanal a particulièrement mobilisé les participants au forum minier de Kolwezi. En 2015-2016, l’exploitation artisanale de cuivre et de cobalt dans le Katanga avait mobilisé près de 15.000 creuseurs. « L’absence d’ordre » conduit « les femmes et les enfants vers les activités précaires de survie. » Cela a pour conséquence, « la dégradation de l’environnement de vie et la récurrence des maladies chroniques », rapporte le mémorandum.

Les participants ont ainsi demandé l’implication des autorités du Lualaba. Elles devraient, « en toute urgence », « mettre fin à l’exploitation artisanale non contrôlée et non organisée ».

Ils ont aussi plaidé pour une mise en place des « mécanismes appropriation des minerais. » Mais aussi, de garantir « un développement intégrateur » à travers la gestion des ressources naturelles. Un plaidoyer en faveur des paysans qui, malgré des années d’exploitation minière, s’enfoncent davantage dans la pauvreté.

Didier Makal

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Taxes automobiles

Les conducteurs de taxis fuient les taxes automobiles à Lubumbashi

Payer les taxes ne mobilise pas beaucoup de personnes, notamment les automobilistes, à Lubumbashi. Surtout dans le transport en

Lire plus...

Tanganyika : des miliciens Twa rendent les armes

Dans le Tanganyika, les autorités de la province poursuivent de sensibiliser les groupes armés au désarmement volontaire. L'armée a

Lire plus...
Félix Tshisekedi, Lamuka

La paix durable, selon Félix Tshisekedi

Invité d'honneur au 2e Forum sur la paix à Paris, en France, le président congolais Féix Tshisekedi a donné

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders