Jean-Claude Kazembe reviendra, reviendra pas à Lubumbashi?

Dans Actualités, Politique
Jean-Claude Kazembe

A tort ou à raison, l’assemblée provinciale du Haut-Katanga l’a destitué pour mauvaise gestion en avril 2017. Un peu plus d’un mois après, la procédure de sa destitution ayant été jugée vicieuse, la cour constitutionnelle a remis Jean-Claude Kazembe aux affaires.  Mais son retour commence à susciter des questions à Lubumbashi.

L’arrêt de la cour constitutionnelle réhabilitant Jean-Claude Kazembe à la tête du Haut-Katanga est tombé comme un coup de scie au sein de la majorité au pouvoir. Cela ne restera pas sans impact sur son retour au gouvernorat du Haut-Katanga.

Le retour de Jean-Claude Kazembe divise

Une espèce de guerre semblée dès lors enclenchée, entre ceux qui attendent le gouverneur déchu et rétabli, et ceux qui veulent son départ définitif. L’assemblée, humiliée par la décision de la Cour jugeant « inconstitutionnelle » sa motion de censure, semble y jouer davantage. Les divergences de vues, sur le retour du gouverneur, semblent grandes et ne se cachent plus.

Pour l’illustrer, deux communicateurs de la majorité présidentielle : Momo Mulapu et Jessé Numbi, n’en ont pas la même vision. Pour le premier, œuvrant aussi dans la communication du gouverneur du Lualaba, « la cour a rendu son arrêt, on doit s’y plier. Kazembe doit rentrer ! » Pour le second, connu pour ses positions comme porte-parole de la majorité au Katanga, « il faut laisser à l’intérimaire faire le travail que la hiérarchie lui a confié ». Car, estime-t-il, « les institutions ne sont pas liées aux individus. »

Kazembe cité dans un procès avant son retour

Le temps est passé. Les événements se sont succédé. Parmi eux, celui dans lequel Jean-Claude Kazembe a été comme commanditaire d’une tentative d’attaque contre le parlement provincial par un groupe de jeunes. Les proches du gouverneur dénoncent une machination « pour retarder le retour du seul gouverneur élu », déchu et réhabilité. Ils accusent notamment l’assemblée provinciale.

Mais Kazembe n’affiche pas assez d’inquiétude. Dans une conversation devenue virale sur WhatsApp, on l’entend affirmer qu’il n’a pas commandité l’attaque dans laquelle il a été cité, dans l’affaire Paty Benz. « Je suis le premier à avoir appelé les services de sécurité pour leur dire d’arrêter Paty Benz qui préparait son sale coup. J’ai aussi appelé Paty Benz et lui ai dit d’arrêter », a affirmé le gouverneur.

Jean-Claude Kazembe, rejeté ?

La famille politique de Kazembe, la MP, ne sait pas adopter une position commune face à lui. Mais pour lui, les problèmes doivent se gérer en « hommes d’État », au-dessus des émotions et des sentiments. Quant à la division soupçonnée, le gouverneur estime que la majorité présidentielle ne devrait en aucun cas se diviser. Il est « gouverneur pour tous. » Il compare la MP à de la population de Lubumbashi qui a élu président Kabila. Pas « un groupe de 10, 15 personnes renfermées dans un bureau pour décider », a lancé Kazembe. Une diatribe à peine voilée, dirigée contre les députés provinciaux et les membres de sa famille politique qui le portent plus.

Les appels du gouverneur Kazembe à la cohésion se sont multipliés depuis son rétablissement par la Cour. Mais la notification de son rétablissement, qui doit venir du gouvernement, prend du retard. Elle commence même à susciter les soupçons d’un blocage à Kinshasa. Reviendra-t-il dans sa province, le Haut-Katanga ? La réponse sera connue le 18 juin, peut-être, à l’expiration du délais maximal de l’intérim du gouverneur, prévu avant l’organisation de nouvelles élections.

Eric CIBAMBA

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

Vous pouvez aussi lire!

Lubumbashi

Lubumbashi : Kapufi arrête de poursuivre le journaliste Jeff Mwingamb

La ministre du genre du Haut-Katanga Viviane Kapufi a retiré sa plainte contre le journaliste Jeff Mwingamb le vendredi

Lire plus...
Katanga, Jessé Numbi

Jessé Numbi : « les attaques tribales et la haine vont affaiblir le Katanga »

Le basculement progressif de Lubumbashi vers l’opposition attire plusieurs attentions sur cette ville qui se rebelle. Le pourvoir de

Lire plus...
Labi mpiana, Taux de change

RDC : un taux de change politique pour baisser les salaires des fonctionnaires

Le gouvernement de la RDC essaie, non sans peine, de stopper la dépréciation du Franc Congolais. C’est sans exclure

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders