Le « Kibunu » de Célestin Pande contre l’insécurité à Lubumbashi

Dans Actualités, Congo profond
Lubumbashi Célestin Pande

Le gouverneur intérimaire du Haut-Katanga, Célestin Pande, s’en va en guerre contre la criminalité à Lubumbashi. « Kibunu », « coup de tête » en Swahili, est le nom de l’opération lancée mercredi 14 juin, place de la poste, au centre-ville. C’était en présence des responsables des services de sécurité et de la mairie.

Célestin Pande est apparu aux côtés des autorités de l’armée et de la police, actif et collaboratif. Il demande aux lushois, les habitants de Lubumbashi, de collaborer pour dénicher « les semeurs de troubles. »

Célestin Pande en pour un « kibunu », coup de tête

Le gouverneur intérimaire du Haut-Katanga a ordonné aux taxi-motards d’arrêter leur travail à 19h00. Depuis plusieurs mois, voire une année, ils sont la cible de voleurs qui leur arrachent motos et argents, en effet.

Célestin Pande a aussi annoncé que la police et l’armée vont mener des patrouilles mixtes en vue de traquer « les criminels ». Nombre d’entre eux portent des armes à feu, et sont réputés dangereux. En mai, un policier est tombé sous les balles d’une gangue au cours d’une patrouille nocturne, en périphérie de Lubumbashi. A la cité Gécamines, un jeune homme a été fusillé dans sa maison pour avoir essayé d’alerter le quartier sur la présence de voleurs chez ses voisins.

Vous pouvez lire aussi : Lubumbashi : Célestin Pande rassure les Kasaïens.

Une vieille recette pour s’approcher de la population

La sécurité pose un réel problème à Lubumbashi, depuis la chute des activités minières. Elle a d’ailleurs a occasionné des fins de carrières massives dans le Katanga. Depuis, la criminalité a augmenté d’un cran. Mais l’instabilité politique y joue aussi, en grande partie.

Depuis les protestations anti-Kabila, à l’expiration de son mandat en décembre 2016, la ville a été fortement militarisée. Dans les quartiers, les populations désignent des « hommes en uniformes », des soldats, sans pouvoir clairement les identifier. Cela explique ses affrontements récurrents avec la police.

Au cours de sa brève apparition de mercredi, place de la Poste, Célestin Pande a demandé au chef de la police, le général Jean-Bosco Galenga, de communiquer les numéros verts pour des alertes aux suspects. Mais la méthode ne fonctionne pas souvent dans cette ville où la police est en sous-effectif, et ne sait pas intervenir dans certains quartiers très mal urbanisés.

Mais la détermination de Célestin Pande Kapopo donnera peut-être des résultats. D’autant plus que les services de sécurité semblent lui prêter main forte dans son opération « coup de tête. »

Eric Cibamba

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

Vous pouvez aussi lire!

Katanga, coutumes

Coutumes et politique, le difficile choix des chefs en RDC

La tradition aux villageois et au village. Mais aux chefs traditionnels, accordez la politique et une belle vie en

Lire plus...
Jean-Claude Kazembe, Haut-Katanga

Haut-Katanga : Jean-Claude Kazembe tombe à la cour suprême

La Cour suprême de justice de RDC s’est déclarée incompétente pour statuer sur le contentieux électoral dans le Haut-Katanga.

Lire plus...
Katanga, Ikombi Moponda

Mgr Ikombi : Le Katanga est « tout un esprit »

Deux ans se sont écoulés depuis (2015) le découpage territorial qui a éclaté le Katanga en quatre provinces. Mais

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders