L’ONU sur Moïse Katumbi : homme libre, candidat à la présidentielle

Dans Actualités, Politique
Moïse Katumbi, Lubumbashi

Moïse Katumbi, annonce son retour « en homme libre » en RDC. Ce sera vraisemblablement avec la débouille de l’opposant Etienne Tshisekedi. Le Haut commissariat de l’ONU aux droits de l’homme recommande au pouvoir de Kinshasa d’éviter toute arrestation de l’opposant qui a porté plainte contre le président Kabila pour acharnement judiciaire.

« Je rentre pour sauver mon peuple », annonce  Moïse Katumbi, au cours d’une conférence de presse donnée vendredi. Conforté par une recommandation du Haut commissariat de l’ONU aux droits de l’homme, l’opposant indique un retour « imminent. »


Ce sera peut-être dans le convoi qui va ramener le corps de l’opposant Etienne Tshisekedi mort à Bruxelles en févier. « Je fais déjà mes valises et je rentre un homme libre, selon la recommandation du Haut Commissariat », a décalé M. Katumbi.

Moïse Katumbi homme libre, jusqu’à la clôture du dossier à l’ONU

Le Haut Commissariat aux droits de l’homme a, dans une correspondance, demandé à Kinshasa de faciliter ce retour. Il s’appuie sur le pacte international relatif aux droits civils et politiques. L’ONU demande de « prendre toutes les mesures nécessaires » pour le retour en RDC de l’opposant. Elle indique que Moïse Katumbi « puisse participer librement et en toute sécurité, en tant que candidat, aux élections prévues pour la fin de 2017. »


L’ONU demande en outre que le pouvoir protège le candidat déclaré à la présidentielle, « contre toute arrestation ou détention ». Cela, durant le temps de l’examen de sa requête aux Droits de l’homme. Dans une correspondance adressée à Moïse Katumbi et publiée sur Twitter, l’ONU dit avoir envoyé une note à Kinshasa afin qu’il apporte sa réponse aux accusations portées contre lui.

Moïse Katumbi, et des ennuis judiciaires

Vendredi 2 juin, Moïse Katumbi a déposé une plainte au bureau des droits de l’homme de l’ONU à Genève. Il y dénonçait « l’acharnement continu du pouvoir congolais contre sa personne et ses proches. »

En exil forcé depuis 2015 alors que le pouvoir l’accusait de recruter des mercenaires, Moïse Katumbi est devenu le principal opposant au président Kabila, depuis le décès de l’opposant Etienne Tshisekedi.

Ancien gouverneur du Katanga et proche de Joseph Kabila, Katumbi a quitté la mouvance au pouvoir. Il critiquait la volonté du président Kabila de s’accrocher au pouvoir, après son dernier mandat. Depuis, il connaît des ennuis judiciaires. Il a été condamné, en 2016 alors qu’il était absent, dans une affaire de spoliation de maison à Lubumbashi.

Didier Makal

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

Vous pouvez aussi lire!

Katanga, coutumes

Coutumes et politique, le difficile choix des chefs en RDC

La tradition aux villageois et au village. Mais aux chefs traditionnels, accordez la politique et une belle vie en

Lire plus...
Jean-Claude Kazembe, Haut-Katanga

Haut-Katanga : Jean-Claude Kazembe tombe à la cour suprême

La Cour suprême de justice de RDC s’est déclarée incompétente pour statuer sur le contentieux électoral dans le Haut-Katanga.

Lire plus...
Katanga, Ikombi Moponda

Mgr Ikombi : Le Katanga est « tout un esprit »

Deux ans se sont écoulés depuis (2015) le découpage territorial qui a éclaté le Katanga en quatre provinces. Mais

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders