Joseph Kabila : pas d’élections « si on n’a pas enregistré les électeurs au Kasaï »

Dans Actualités, Politique
Président Joseph Kabila

Le président Joseph Kabila, qui séjourne à Lubumbashi, est en colère. Non seulement les évêques catholiques le pressent pour les élections en 2017, mais à sa réunion avec les confessions religieuses lundi 26 juin, l’archevêque de Lubumbashi ne s’est pas présenté.

« Où est Tafunga ? » a interrogé Joseph Kabila, glaçant l’atmosphère devant un parterre de chefs de confessions religieuses de Lubumbashi. Étaient présents : Mgr Kapya, protestant, le bishop Mij des églises de réveil, messieurs Justin Kachiz de l’Eglise kibanguiste et Ussein Ngoy, représentant légal de la communauté islamique.

La CENCO veut créer le désordre, selon Joseph Kabila

Mgr Denis Moto, vicaire général de l’archidiocèse de Lubumbashi que gère Mgr Jean-Pierre Tafunga, était aussi de la partie. Il a expliqué que l’archevêque était empêché, « à un deuil. »  Ce qui n’a pas non plus arrangé le président. « Où est Tafunga, il faut que je le vois », a insisté le président, rapporte La Libre be Afrique.

Et d’ajouter : « Vous voulez créer le désordre », a lancé le président Kabila. « Vous nous menacez s’il n’y a pas les élections en décembre prochain. Vous dites que c’est décembre ou rien », a poursuivi le président « avant de prendre à parti les autres responsables des confessions religieuses », ajoute le média belge.

Vous pouvez lire aussi: Joseph Kabila installe son bureau provisoire à Lubumbashi.

La CENCO veut les élections et mobilise la population

Depuis le 23 juin, à la clôture de la session de la Conférence des évêques catholiques de RDC, la CENCO, les prélats ont appelé à la mobilisation de la population, à rester « debout », pour les élections en 2017.

Pour le président Kabila, « on ne peut pas organiser les élections si on n’a pas enregistré les électeurs au Kasaï ». Il l’a dit lundi aux confessions religieuses. Joseph Kabila ne digère pas que les catholiques, médiateurs dans le dialogue ayant donné l’accord de la Saint Sylvestre, lui mettent la pression. Il leur impute la tension actuelle que connaît la RDC.

Or pour la CENCO, le président n’a pas respecté l’accord tel que signé. Le premier ministre, par exemple, devait sortir du Rassemblement de l’opposition, le président du conseil de suivi aussi. Rien de tout cela n’a été respecté, selon les évêques.

Pas d’élection en 2017

Le président Joseph Kabila dont le mandat s’est achevé le 19 décembre 2016 sans élection, plongeant depuis la RDC dans une crise politique qui n’en finit pas, tient pourtant à l’accord signé le 31 décembre 2016. Celui-ci prévoit un report des élections s’il n’était pas possible de les organiser au cours de l’année.

« On a bien dit que si on voyait qu’on ne pouvait pas organiser les élections, le gouvernement, le CNA et la Ceni pouvaient proposer un autre calendrier » a dit le chef de l’Etat. Pour la CENI, les élections ne peuvent pas avoir lieu en 2017 en RDC. La date fixée par cet accord était « purement politique et irréaliste », selon la Corneille Nangaa, président de la CENI.

La raison de ce report, pour le président Kabila et pour Corneille Nangaa, c’est que la CENI n’a pas encore enregistré les électeurs dans les Kasaï, région secouée par les violences depuis la mort du chef coutumier Kamuina Nsapu.

CD

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

Vous pouvez aussi lire!

Lubumbashi

Lubumbashi : Kapufi arrête de poursuivre le journaliste Jeff Mwingamb

La ministre du genre du Haut-Katanga Viviane Kapufi a retiré sa plainte contre le journaliste Jeff Mwingamb le vendredi

Lire plus...
Katanga, Jessé Numbi

Jessé Numbi : « les attaques tribales et la haine vont affaiblir le Katanga »

Le basculement progressif de Lubumbashi vers l’opposition attire plusieurs attentions sur cette ville qui se rebelle. Le pourvoir de

Lire plus...
Labi mpiana, Taux de change

RDC : un taux de change politique pour baisser les salaires des fonctionnaires

Le gouvernement de la RDC essaie, non sans peine, de stopper la dépréciation du Franc Congolais. C’est sans exclure

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders