L’étonnante annulation du défilé du 30 juin à Lubumbashi

Dans Actualités, Politique
Kilwa, RDC

La célébration du 57e anniversaire de l’indépendance de la RDC sous méditation. Un « culte d’action de grâce » improvisé en lieu et place du géant défilé prévu depuis des jours, et c’est tout. Et cette fois, les Kimbanguistes ont été honorés.

Plusieurs congolais, de Lubumbashi, notamment, espéraient renouer avec le passé ambiant de la fête de l’indépendance. Mise en place terminée, puis la fête est annulée.

Lubumbashi surpris le 30 juin 2017

L’ambiance était pourtant déjà festive pour certains, depuis la ville : de nombreux habitants de Lubumbashi avaient investi Place de la Poste, observant les soldats répéter leur défilé, en public. Un communiqué tombe vers 17 heures : pas de défilé le 30 juin. Et finalement, les congolais d’ici et d’ailleurs sont priés d’aller à un culte, à l’église Kimbanguiste.

Plus de peur que de mal. Des perturbations que certains pouvaient redouter n’ont pas vécu ce 30 juin 2017. Des sources ont indiqué que le Rassemblement de l’opposition que dirige l’opposant Gabriel Kyungu wa Kumwanza avait décidé de prendre part à la marche. « Rien de tout cela, indique un membre de la Plate-forme. L’option était sur la table, comme on nous refuse de manifester librement. Nous pensions profiter de l’occasion pour faire passer notre message : alternance, élections en 2017. Mais ce n’était pas encore décidé. »

Lubumbashi était sous l’emprise d’une psychose difficile donc à justifier. Même après l’annulation ultime du défilé, il reste difficile de savoir ce qui s’est réellement passé, tant les services de sécurité et la mairie ne communiquent pas.

Eglise catholique et gouvernement, une rupture?

Souvent organisés dans chez les catholiques ou les méthodistes, les instants officiels de prières ont été partagés à l’église Kimbanguiste. Un choix anodin, croit un fonctionnaire de l’Etat pour qui un culte chez les Kimbanguistes, ce n’est pas la première fois que cela arrive. Mais après un épisode de colère du président Joseph Kabila accusant les évêques catholiques de vouloir « créer le désordre », rapporte le média belge La Libre be Afrique, plusieurs personnes veulent voir dans ce choix un problème.

Au cours du culte kimbanguiste, le gouverneur intérimaire du Haut-Katanga, Célestin Pande Kapopo, a donné à certains de croire à une crise. L’homme assène les catholiques, sans les citer, aussitôt qu’il a appelé à la paix et à l’unité. « Vous avez entendu certaines églises pousser le peuple à se révolter alors qu’il n’est plus le temps d’inciter les gens à la révolution au pays », a lancé le gouverneur intrérimaire.

Ce message sans ambigüité annonce sans doute la gêne qui s’installe, depuis le récente sortie médiatique des évêques. Ils appellent les congolais à rester debout et à faire échec à la prise de pouvoir par « un groupe d’individus », par la force, et exigent les élections en 2017. D’autant plus, Mgr Jean-Pierre Tafunga a boycotté la rencontre du président Joseph Kabila avec les confessions religieuses et d’autres acteurs, à Lubumbashi.

Eric Cibamba

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

Vous pouvez aussi lire!

Moïse Katumbi Chapwe

La paix en RDC, c’est sans Joseph Kabila, selon Moïse Katumbi

Le 19 septembre 2016, plusieurs Congolais étaient tués lors des manifestations en faveur des élections en RDC. Ils demandaient

Lire plus...
Denis Mukwege

Denis Mukwege, l’homme qui va réparer la RDC ?

Denis Mukwege pour une transition sans Joseph Kabila en République démocratique du Congo. L’idée apparaît davantage dans les débats

Lire plus...
Professeur Christian Kunda

Christian Kunda : « L’art scénique ne mourra pas ! »

Les spectacles en salle se raréfient à Lubumbashi, comme en plein air aussi d’ailleurs. La musique est restée quasiment

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders