Un nouveau parti en RDC : « Alliance des Patriotes de la Nouvelle Génération » (APNG)

Dans Actualités, Politique
APNG, Banza Malale

Il est le dernier né des partis politiques congolais. Il vient se frayer un chemin parmi plus de 457 partis autorisés à fonctionner. L’Alliance des Patriotes de la Nouvelle Génération (APNG) fait échos dans le Haut-Katanga, après son lancement officiel à Kinshasa.

Le parti revendique l’identité centriste. D’une approche voulue scientifique, l’APNG dit militer pour un Congo nouveau et émergent. Bref, une nouvelle vision. Il s’agit aussi de faire luire la face de la RDC, évitant le « contentieux entre la communauté de puissances et la RDC » connus depuis Lumumba. D’où “nouvelle génération”, explique le professeur Banza Malale, un des hauts-cadres du parti.

APNG, une nouvelle vision

Professeur et avocat près la cour d’appel de Lubumbashi, Banza Malale Makuta rassure que le parti APNG a une seule vision. Elle poursuit « la consolidation de l’unité nationale pouvant résoudre les problèmes congolais. » C’est la seule possibilité de développer la RDC, confie-t-il. Ce juriste qui dit n’avoir jamais voulu appartenir à un parti politique, s’y retrouve finalement. C’est vu « la nécessité d’une vraie unité nationale » qu’il a milité à la création de l’APNG.

De la majorité comme de l’opposition, voire de la société civile, l’APNG attend des adhérents ayant de nouvelles visions pour l’avenir de la nation. « Chacun a une idée pour le bien de ce pays et en finir avec les crises historiques. » D’où sa vision d’impulser « la création d’une académie pour la formation de l’élite congolaise afin que chacun s’approprie l’APNG et les méthodes de la bonne gouvernance ».

APNG
Le drapeau du parti APNG

Un objectif, un parti

Lors de son annone à Lubumbashi, Banza Malale a défini l’objectif de l’APNG. « Faire de tout congolais son membre effectif » en vue de « résoudre ensemble la crise au pays, en regroupant tous les politiques et la société civile. » Une vision d’unité plurielle que caresse ce juriste et professeur de droit à l’Université de Lubumbashi. Le Congo ne sera gouverné que par les congolais d’où la nécessité d’unir les congolais autour d’un idéal commun, évitant les discutions tribalo-ethniques ».

Banza Malale refuse, par ailleurs, par modestie, que son parti constitue une première, en s’ouvrant ainsi à toutes les tendances politiques. « Joseph KABILA l’a démontré en acceptant le 1+4 et un premier ministre de l’opposition, en poignardant la constitution. »

Cependant, Joseph Kabila reste le modèle type pour l’APNG, un parti qui se veut nouveau, différent et n’appartenant ni à la majorité ni à l’opposition.

Eric Cibamba

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

Vous pouvez aussi lire!

Katanga, Ikombi Moponda

Mgr Ikombi : Le Katanga est « tout un esprit »

Deux ans se sont écoulés depuis (2015) le découpage territorial qui a éclaté le Katanga en quatre provinces. Mais

Lire plus...
Moïse Katumbi Chapwe

La paix en RDC, c’est sans Joseph Kabila, selon Moïse Katumbi

Le 19 septembre 2016, plusieurs Congolais étaient tués lors des manifestations en faveur des élections en RDC. Ils demandaient

Lire plus...
Denis Mukwege

Denis Mukwege, l’homme qui va réparer la RDC ?

Denis Mukwege pour une transition sans Joseph Kabila en République démocratique du Congo. L’idée apparaît davantage dans les débats

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders