Les immondices dans les marchés de Lubumbashi

Dans Congo profond, Environnement
Lubumbashi, déchets

Aucune adversité entretenue entre marchandises et immondices, à Lubumbashi. À certaines heures de la journée ou de la nuit, la ville fait constamment face à des déchets qui peinent à être évacués. Dans les marchés publics, parfois on se demande si ces déchets ne sont pas devenus aussi des marchandises en vente.

Au marché Mzée Laurent-Désiré Kabila, le plus grand situé au centre-ville de Lubumbashi, les compartiment, différemment, font face à une malpropreté gênante. Des eaux nauséabondes ou des poubelles mal soignées et non évacuées, à côté des vendeurs.

L’insalubrité caractérise de nombreux compartiments de ce marché, même à l’extérieur. Des eaux stagnantes coulent entre étalages. Des ordures alimentaires rejetées des restaurants invraisemblables disséminés dans le marché et des odeurs nocives envahissent l’espace de travail.

La santé publique en danger, pas dans les marchés

Les produits alimentaires vendus dans ce marché sont aux contacts des mouches, navigant entre étalages et ruelles insalubres. Certains produits étalés à même le sol entrent eux-mêmes en contact avec les immondices et les eaux sales. Des acheteurs s’arrêtent pourtant, sans être gênés par cette proximité dan gereuse. On s’y habitue.

En 2016, un communiqué de l’organisation mondiale de la santé annonçait que 12,6 millions de décès seraient dus à un environnement insalubre chaque année. C’est à peu près un quart des décès dans le monde, comme cela a été constaté en 2012. En 2013, le site d’information Onewovision alertait les congolais sur la hausse des statistiques liées aux maladies de mains sales à Kinshasa. Et on le sait, Lubumbashi vient de vivre presque sans trêve, sauf pour 2017, une série de crises de choléra. On ne se demande pas si les marchés généralement peu hygiéniques ne sont pas des incubateurs d’épidémies.

Vous pouvez lire aussi cet article: Lubumbashi : Manger dans le Malewa, et payer sa maladie ?

Quelle gestion des immondices des marchés?

Le faible niveau de propreté dans les marchés centraux de Lubumbashi questionne sur le sérieux de la politique de gestion des marchés.

Pour pasteur Kut, coordonnateur de l’environnement à la société civile Katanga, cette gestion reste « difficile » dans la ville. Déjà qu’une bonne part des immondices est « jetée sur les routes Kasenga et Kafubu », un peu au nord-ouest.

Au marché Mzée, « la gestion des immondices est sous la responsabilité de la division urbaine de l’environnement. Elle déploie des camions pour évacuer les déchets », explique un fonctionnaire. Voilà qui pose déjà problème, dès lors qu’il doit attendre la charge soit importante. Ce qui, à plusieurs moments, donne à voir encore longtemps attendre ces déchets, lorsque les services d’évacuation sont sollicités ailleurs. Bref, la coordination du service s’alourdit.

Bien plus, ces déchets ne sont jamais enfermés, en vue de limiter la propagation de gaz et d’odeurs. Les mouches et rats y pullulent.

Des recherches révèlent que l’insalubrité cause principalement par la pollution de l’air, de l’eau, des sols. Et c’est le cas à Lubumbashi. L’exposition aux substances chimiques jetées sans ménagement dans nos ordures, jamais triées est dangereuse pour la santé. L’OMS estime que l’on peut prévenir des maladies grâce à un environnement sain. En 2012, elle affirmait que 101 sur 133 affections analysées seraient « en lien significatif » avec l’environnement.■

Chris Tulizo et Pétronie

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

Vous pouvez aussi lire!

Katanga, coutumes

Coutumes et politique, le difficile choix des chefs en RDC

La tradition aux villageois et au village. Mais aux chefs traditionnels, accordez la politique et une belle vie en

Lire plus...
Jean-Claude Kazembe, Haut-Katanga

Haut-Katanga : Jean-Claude Kazembe tombe à la cour suprême

La Cour suprême de justice de RDC s’est déclarée incompétente pour statuer sur le contentieux électoral dans le Haut-Katanga.

Lire plus...
Katanga, Ikombi Moponda

Mgr Ikombi : Le Katanga est « tout un esprit »

Deux ans se sont écoulés depuis (2015) le découpage territorial qui a éclaté le Katanga en quatre provinces. Mais

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders