Congo Durable n°08 : Congolais, et fier de l’être ?

Dans CD hebdo, Opinions

Editorial, Congo durable n°08. Téléchargez gratuitement!

Ces congolais, hommes du superflu, pauvres mais sapeurs ! Orgueilleux, même quand ils mendient… Voilà qui surprend. Très souvent on entend : « est-ce que tu me connais ? », un peu « m’as-tu vu ? » Un triste tableau que dépeint ce nouveau numéro de votre journal, Congo Durable. Être congolais et fier, facile à dire. Mais parfois, c’est bien difficile à assumer.

Nos dirigeants nous encouragent à croire en notre pays. Croire en la culture congolaise, s’il en existe une ! Mais eux-mêmes n’y croient pas. Ils ne croient pas en cette nationalité, sinon ils ne seraient pas nombreux à avoir une ou deux nationalités de plus. Des « hors-la-loi » qui appliquent la loi.

Pas donc étonnant que les dirigeants se préoccupent moins de l’être du Congolais, du profil même du citoyen que l’Etat forme, ou voit émerger à travers des structures extra-éducationnelles ou culturelles comme les médias, la musique et d’autres arts.

La photographie caricaturale du congolais est inquiétante à travers le monde. Nombreux ne sauraient plus se déclarer congolais. Pas quand le ministre s’apparente au musicien, le scientifique au footballeur. Le congolais, même le plus instruit, peine parfois à se vendre, à inspirer confiance tant parfois, son identité reste insaisissable.

Le plus connu, et qui finit par devenir malheureusement l’image dominante de nombreux Congolais, c’est celui qui fanfaronne. Ce compatriote qui vit pour paraître, qui n’est pas lui-même. Il porte des titres, aime impressionner. Il ne veut l’admettre, mais seul cet orgueil et ce langage arrogant lui restent. Qu’il soit réputé paresseux peu rigoureux, cela finit par insulter de nombreux citoyens qui portent en eux valablement l’être du Congolais. Mais qui peut les voir ? Qui les promeut, ces rares citoyens ? Par paraisse, on voudrait voir tous les congolais danseurs, sapeurs, …

Congo Durable revient sur le culte de l’arrogance et de l’orgueil, chanté et glorifié par les congolais. « Kinshasa toza ba boss », « Danse ya ba boss ou Madjunda mu Yesu…! De l’orgueil, de la frime qui n’étonne presque plus.■

Fidèle Bwirhonde

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

Vous pouvez aussi lire!

Congo Durable

Congo durable : Ces violences chères aux politiciens (édito)

Trois crises alternent de résurgence saugrenue, en République démocratique du Congo, depuis un an ou plus. A Kinshasa éclatent

Lire plus...
Lubumbashi

Lubumbashi : Kapufi arrête de poursuivre le journaliste Jeff Mwingamb

La ministre du genre du Haut-Katanga Viviane Kapufi a retiré sa plainte contre le journaliste Jeff Mwingamb le vendredi

Lire plus...
Katanga, Jessé Numbi

Jessé Numbi : « les attaques tribales et la haine vont affaiblir le Katanga »

Le basculement progressif de Lubumbashi vers l’opposition attire plusieurs attentions sur cette ville qui se rebelle. Le pourvoir de

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders