IRDH accuse le gouvernement d’appauvrir à dessein l’élite congolaise

In Actualités, Congo profond
IRDH, Lubumbashi

Il y a une volonté d’appauvrissement de l’élite congolaise par le gouvernement de la RDC. C’est une critique de l’Institut de recherche en droits humains, IRDH, basé à Lubumbashi. L’ONG de Droits de l’homme en veut pour preuve, les coupes dans les salaires des fonctionnaires publics.

Une pratique « irrégulière », estime l’ IRDH, qui rappelle aussi que la Constitution congolaise fait obligation aux employeurs de donner de salaires décents. « Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité humaine […] », rappelle-t-il citant l’article 23 de la Constitution de la RDC.

Des salaires parfois trois fois moins que le taux normal

Les 11 et 12 juillet, les syndicats des médecins et des professeurs d’universités ont dénoncé le paiement des salaires à un taux bien plus faible. 930 pour le dollar américain, contre 1600 FCD officiellement. L’ IDRH considère la fixation de ce taux comme « forfaitaire » et même « un abus des droits de l’Homme ». D’autant plus qu’il réduit « du tiers ou de la moitié des salaires dus ».

Les médecins et professeurs d’universités ne sont pourtant pas les seules à subir les coupes unilatérales par le gouvernement. IRDH cite aussi la Société nationale des chemins de fer, ou encore, la société publique de téléphonie fixe, la Sogétél. Cette dernière totalise 69 mois de salaires impayés.

IRDH appelle le gouvernement au respect de l’équité

IRDH cite aussi le cas de 15 PME d’exploitation forestière interdites d’exploitation. Une interdiction « par un ordre verbal » du directeur de cabinet du président Kabila, alors qu’elles doivent rembourser les dettes qu’elles ont contractées, explique l’ONG.

Bref, pour l’IRDH, il y a volonté de paupérisation de l’élite congolaise. Et que cela vienne du gouvernement, est une violation de droits humains préoccupante.

D’où son appel à rétablir les PME exploitantes du bois en règle dans leurs droits. Il demande aussi de « Considérer le taux de change réel dans la rémunération des fonctionnaires ». Et enfin, de payer la créance des travailleurs de la Sogétél.

CD

You may also read!

CENI, Calendrier électoral, CENI RDC, Processus électoral

La Céni RDC tient au respect du calendrier électoral

Le 8 juillet 2018, la Céni a clôturé la réception des candidatures aux provinciales en RDC. Elle a annoncé,

Lire plus...
Clotilde Mutita, CENI

G7 – Ensemble : « C’est l’heure de mettre la CENI face à ses responsabilités » (C. Mutita)

Dans la ville de Lubumbashi, l’opposition acquise à Moise Katumbi a déposé la liste de ses candidats aux provinciales.

Lire plus...
Internet en RDC

Hubert Tshiswaka : « La société civile a failli à sa mission »

Le défenseur des droits de l’homme Hubert Tshiswaka était invité au café de presse de vendredi à Lubumbashi. Il

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders