Lubumbashi : la défense de Moïse Katumbi fait bloquer l’affaire immobilière

In Actualités, Politique
Moïse Katumbi

Jeudi 20 juillet, le Tribunal de grande instance de Lubumbashi se réunira en appel, pour la deuxième fois, dans l’affaire immobilière opposant Moïse Katumbi au ministère public et à Alexandros Stoupis. Mercredi, les débats ont tourné autour du fond de l’affaire. Les avocats de l’opposant candidat déclaré à la présidentielle ont récusé le tribunal qui s’est lui, déclaré compétent.

cette première audience dans l’affaire Moïse Katumbi a eu lieu au Palais de justice de Lubumbashi, ouverte au public, pas aux médias. Pas de caméra, pas de micro dans la salle. Autour du Palais, la sécurité était renforcée que d’ordinaire.

La convocation du procès peu appréciée

D’abord, la convocation demandant à Moïse Katumbi de se présenter devant le juge a été déposée à la commune en lieu et place de sa résidence. Un premier vice de procédure évoqué par la défense. (Lire à ce propos notre article « Lubumbashi : les avocats de Moïse Katumbi récusent le tribunal et vont en cassation »). Les autres parties au procès, le ministère public et les avocats d’Alexandros Stoupis, ont soutenu que le prévenu Katumbi avait déjà changé d’adresse.

Les avocats de Moïse Katumbi récusent le tribunal

Katumbi l’avait déjà fait : plus de 29 juges ont été récusés par l’accusé, y compris le tiers du tribunal qui a siégé le 19 juillet 2017. Une deuxième exception qui a poussé les avocats de la défense à réitérer le vœu de récuser le tribunal. Au dernier ressort, le Tribunal de grande instance de Lubumbashi s’est déclaré compétent. C’est à la satisfaction de l’accusation.

Moïse Katumbi en cassation et crie à l’inconstitutionnalité

La partie de la défense a ainsi cherché à aller en cassation. Car pour elle, ce tribunal ne peut siéger. « Qu’on parle droit au lieu d’intimider le tribunal » a lancé la partie adverse, décidée d’aller jusqu’au bout de l’affaire à Lubumbashi et non à Kinshasa, en cassation.

La procuration de Moïse Katumbi pour aller en cassation a donc été rejetée par le greffier divisionnaire. Est-ce un mot d’ordre? La réponse est mystère. Les avocats de la défense accusent le tribunal de vouloir politiser l’affaire. Plusieurs fois la séance a été suspendue pour essayer de trouver chaque fois une réponse aux attaques des avocats de Moïse Katumbi. Des soupçons de pressions du ministère de la justice pèsent sur ce procès. Nous vous proposons de lire à ce propos : « Affaire Katumbi : l’ONG Justicia dénonce les pressions sur les magistrats à Lubumbashi« .

En dernière attaque, la défense, décidée à bloquer l’avancement de l’affaire, a déclaré inconstitutionnelle la procédure. Au final, l’audience est renvoyée au 20 juillet 2017.

Eric Cibamba

You may also read!

CENI, Calendrier électoral, CENI RDC, Processus électoral

La Céni RDC tient au respect du calendrier électoral

Le 8 juillet 2018, la Céni a clôturé la réception des candidatures aux provinciales en RDC. Elle a annoncé,

Lire plus...
Clotilde Mutita, CENI

G7 – Ensemble : « C’est l’heure de mettre la CENI face à ses responsabilités » (C. Mutita)

Dans la ville de Lubumbashi, l’opposition acquise à Moise Katumbi a déposé la liste de ses candidats aux provinciales.

Lire plus...
Internet en RDC

Hubert Tshiswaka : « La société civile a failli à sa mission »

Le défenseur des droits de l’homme Hubert Tshiswaka était invité au café de presse de vendredi à Lubumbashi. Il

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders