Me Hubert Tshiswaka : les dirigeants de RDC « vont transformer les croyants en militants politiques »

Dans Congo profond, Politique
Hubert Tshiswaka

Quelle église pour les Congolais, en crise depuis l’indépendance de la RDC ? Congo Durable a posé la question à l’avocat Hubert Tshiswaka, président de l’ONG Institut de recherche en Droits humains, IRDH, basée à Lubumbashi.

Fin juin 2017, les évêques catholiques ont appelé les Congolais à rester debout pour exiger les élections en 2017 comme prévu par l’Accord de la Saint Sylvestre. De quelle église la RDC a besoin: qui bouscule les habitudes ou calme plutôt les tensions ?

Nous venions de suivre deux postures différentes entre l’Eglise catholique et les Eglises de réveil quant à la gestion du pays. L’Eglise catholique qui appelle à plus de responsabilité civile ne trouve pas l’amitié d’autres églises qui l’accusent de révolutionnaire. On dirait que les uns s’opposent, les autres amadouent le pouvoir. Mais nous sommes de l’avis de ceux qui pensent que c’est ce qu’il convient de faire pour que ceux qui nous dirigent. Pareil pour tous ceux qui ont un mandat public pour qu’ils se souviennent qu’ils doivent rendre compte. La deuxième déclaration, celle des autres églises nous apparaît un peu mal car ayant tendance à pouvoir amadouer un peu les dirigeants. Et là, je pense que c’est une erreur. Puisque celui qui a un mandat public s’attend à ce qu’il soit contrôlé.

Mais pour vous, défenseur des droits de l’homme, quelle position conviendrait le mieux pour les églises dont l’influence est grande sur les citoyens?

A propos de l’organisation des élections, toutes les églises devraient, comme à la Société Civile, mobiliser la population de sorte que celle-ci puisse jouir de son droit le plus fondamental de désigner ses représentants à tous les niveaux. De mon point de vue, comme défenseur des droits humains, nous prônons plutôt la liberté de choisir sa confession. Que ce soit l’église catholique, d’autres églises chrétiennes ou la confession musulmane, choisir celle qui vous permet de vous établir dans vos droits et libertés. Jusque-là on dit « prenez-vous en charge », on appelle à la liberté de conscience. Un jour, cette conscience va se manifester. Ça pourra être un débordement.

Jusqu’à quel degré, cette prise en charge?

Attention!  Sur le terrain de la confession, les gens qui croient ne réfléchissent pas. Ils ont la foi. Et quand ils ont foi, ils sont disposés d’aller jusqu’à l’extrême. Ce n’est pas de la philosophie. Les gens qui croient peuvent aller jusqu’à l’extrême. C’est très dangereux! Il y a des églises qui font beaucoup d’œuvres sociales. Elles construisent des écoles, des hôpitaux, des orphelinats et prêchent même dans des lieux les plus reculés. On sent qu’elles sont proches de la population. Mais, il y a aussi ces autres, un peu aventurières, où c’est le chef de l’église qui montre chaque fois ses costumes ou ses belles voitures, raconte sa vie privée, ses voyages. Il y a église et église…

Aux confessions religieuses de prêcher la prise de conscience de la dignité humaine. L’homme doit vivre dans sa dignité. On nous dit que Dieu à créer l’homme à son image. L’image de Dieu n’est pas de quelqu’un de vulgaire. Les dirigeants, quant à eux, doivent fournir un effort, ne fut-ce qu’un effort, pour respecter les lois de notre pays. Sinon, ils vont transformer les croyants en militants politiques, et ça, ce n’est pas une bonne chose pour la République.■

Propos recueillis par Christian Tulizo

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

Vous pouvez aussi lire!

Katanga, coutumes

Coutumes et politique, le difficile choix des chefs en RDC

La tradition aux villageois et au village. Mais aux chefs traditionnels, accordez la politique et une belle vie en

Lire plus...
Jean-Claude Kazembe, Haut-Katanga

Haut-Katanga : Jean-Claude Kazembe tombe à la cour suprême

La Cour suprême de justice de RDC s’est déclarée incompétente pour statuer sur le contentieux électoral dans le Haut-Katanga.

Lire plus...
Katanga, Ikombi Moponda

Mgr Ikombi : Le Katanga est « tout un esprit »

Deux ans se sont écoulés depuis (2015) le découpage territorial qui a éclaté le Katanga en quatre provinces. Mais

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders