Système LMD en RDC : échec dès l’entame ?

Dans Actualités, Congo profond
Unilu, LMD

Le système Licence, Master et Doctorat (LMD) est le nouveau vent commode, un peu comme l’émergence en politique, dans les institutions universitaires de la RDC. Les universités promettent de se mettre au rythme du monde et revaloriser leurs diplômés. Pourtant, l’impact sur la formation n’est pas si bien compris.

Le terrain n’a pas été emménagé, à l’avènement du système Master, Licence, Doctorat. À l’Unilu, Université de Lubumbashi, au sud de la RDC, le système LMD a été institué, pour essai, notamment à la faculté de Polytechnique. Key Songoy est étudiant en 3e licence. Selon lui, le LMD « est un bon système si les moyens matériels sont réunis. »

MLD : à peine commencé, l’échec ?

Difficile que décolle, selon lui, dans ce cas, ce système qui voudrait plus de pratique entre étudiant et enseignant. « Pour le moment, explique l’étudiant, il y a une défaillance à cause du manque d’équipements. » Les bibliothèques, les laboratoires équipés ainsi que les descentes pratiques sur le terrain son rares ou manquent carrément.

Le pessimisme persiste, donc, même parmi les enseignants. Et les étudiants font des propositions.  Deo gracias Asende et  Justin Shanikire, étudiants en Sciences agronomiques de l’Unilu,  pensent que « c’est juste la forme qui a changé, avec le MLD congolais. « Pour que ce système soit rentable, les enseignants devraient d’abord être recyclés, parce que la forme et fond des enseignements devraient aussi changer », conviennent-ils.

Il y a un problème !

Le problème majeur serait l’interprétation et l’application même du système dans une totale confusion. A l’apparitorat de la faculté de Sciences agronomiques, le professeur Leonard Tshibeng avoue les limites. « Il y a environ deux mois le secrétaire d’Etat à l’enseignement (supérieur, ndlr) est passé pour vérifier le cas de tous les finalistes. Nous lui avons demandé  quel type de diplôme ils auront. « C’est au Ministre d’en décider ». C’était sa  réponse. »

La pilule est amère pour tous. Mais les raisons de soutenir le système LMD sont urgentes. Il s’agit de se mettre au standard international, pour les enseignements dans presque toutes les disciplines. Leonard Tshibeng explique que les congolais parfois « contestés en l’Occident. Ce système c’est pour essayer de nous mettre à leur niveau quand bien même les réalités sont différentes entre les deux mondes. Restons optimistes, nous cherchons à atteindre le maximum », renchérit-il.

A ce jour, le système LMD essaie de trouver sa place, jouissant de la popularité qui est encore la sienne en Rdc où l’enseignent a besoin de s’actualiser. La problématique de l’implémentation de ce système reste une épine dans le dos de l’autorité. Il faut y croire encore !■

Simplice Bambe

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

Vous pouvez aussi lire!

Katanga, Jessé Numbi

Jessé Numbi : « les attaques tribales et la haine vont affaiblir le Katanga »

Le basculement progressif de Lubumbashi vers l’opposition attire plusieurs attentions sur cette ville qui se rebelle. Le pourvoir de

Lire plus...
Labi mpiana, Taux de change

RDC : un taux de change politique pour baisser les salaires des fonctionnaires

Le gouvernement de la RDC essaie, non sans peine, de stopper la dépréciation du Franc Congolais. C’est sans exclure

Lire plus...
Lubumbashi Célestin Pande

Célestin Pande confirmé gouverneur du Haut-Katanga

C’est confirmé, Célestin Pande est gouverneur du Haut-Katanga. La cour d’appel de Lubumbashi s’est prononcée, samedi 9 septembre 2017,

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders