Martin Fayulu : « avec ou sans élections Kabila devra partir »

Dans Actualités, Politique
Martin Fayulu

Alors que la CENI a évoqué l’impossibilité d’organiser les élections avant la fin de l’année 2017, le Rassemblement de l’opposition presse. Dans un entretien accordé à Congo Durable, le député de Kinshasa, Martin Fayulu, président du parti Ecidé, insiste sur le départ du président congolais, fin mandat depuis le 20 décembre 2016. « Avec ou sans élections, Kabila devra partir », déclare le député.

Martin FAYULU se dit déterminant pour réussir le pari que se fixe une partie de l’opposition, dont le Rassemblement : « les élections et l’alternance du pouvoir », en 2017. « Avec ou sans élections Kabila devra partir », déclare-t-il.

L’ONU pour soutenir l’alternance du pouvoir en RDC

Le rassemblement de l’opposition, pour y arriver, prévoit une série de manifestations en vue d’obtenir le départ de Joseph Kabila. « Nous avons déposé notre calendrier auprès de la représentante des Nations-Unies pour les manifestations tout au long de ce mois (août). C’est en commençant par les villes mortes pour les 8 et 9 août 2017, suivie d’un meeting populaire le 20 août », explique le député Martin Fayulu.

Controverse autour de la procédure pour les manifestations publiques en RDC

La stratégie promet de créer davantage de controverse en RDC, étant donné que l’opposition et le pouvoir ne s’entendent guère sur la démarche à suivre, en matière de manifestations publiques. La première estime que la Constitution fait obligation aux organisateurs des manifestations d’en informer les autorités administratives. Pas donc besoin d’autorisation.

Mais pour le gouvernement, informer l’autorité de la tenue d’une marche ou d’un meeting, doit être suivi d’une autorisation pour des mesures sécuritaires. Ainsi, les marches organisées le 31 juillet 2017 dans plusieurs villes de la RDC par le mouvement citoyen Lucha, ont simplement été dispersées par la police.

« C’est ici que le peuple devra comprendre que le pays est géré dans un système dictatorial », lance le député Martin Fayulu.

Le difficile débat électoral en RDC

Le président du parti Ecidé (Engagement pour la citoyenneté et le développement), Martin Fayulu, insiste, par ailleurs, sur l’organisation des élections en 2017 comme fixé par l’Accord du 31 décembre. « Nous avons déposé un memo à Nangaa (le président de la CENI) dans lequel nous exigeons la publication du calendrier électoral », explique-t-il.

Il estime « faux débat », les difficultés techniques évoquées par la CENI. Celle-ci qu’il faut achever l’enrôlement des électeurs, y compris dans les Kasaï, région en retard, à cause des violences qui s’y déroulent avec la milice Kamuina Nsapu. Mais aussi des lois doivent être votées, notamment sur la répartition des sièges par circonscription électorale. Bien plus, la CENI n’a pas toujours les moyens qu’elle demande : près d’un demi-milliard de dollar, même si des paiements pour les opérations en cours ont été réalisés par le gouvernent. Lire notre article « Marche du 31 juillet : la police retient 5 personnes à Lubumbashi« .

Martin Fayulu dit, par ailleurs, ne pas comprendre que la CENI trouve de l’argent pour organiser l’élection de gouverneurs et leurs adjoints dans 11 provinces et dire qu’il n’y en a pas pour la présidentielle. A propos de ces élections fixées au 26 août, il pense que « c’est la fin du règne de Kabila qui laisse le désordre s’organiser ». Allusion faite aux gouverneurs déchus et réhabilités par la Cour constitutionnelle, mais bloqués par le gouvernement.

Eric Cibamba

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

Vous pouvez aussi lire!

Katanga, coutumes

Coutumes et politique, le difficile choix des chefs en RDC

La tradition aux villageois et au village. Mais aux chefs traditionnels, accordez la politique et une belle vie en

Lire plus...
Jean-Claude Kazembe, Haut-Katanga

Haut-Katanga : Jean-Claude Kazembe tombe à la cour suprême

La Cour suprême de justice de RDC s’est déclarée incompétente pour statuer sur le contentieux électoral dans le Haut-Katanga.

Lire plus...
Katanga, Ikombi Moponda

Mgr Ikombi : Le Katanga est « tout un esprit »

Deux ans se sont écoulés depuis (2015) le découpage territorial qui a éclaté le Katanga en quatre provinces. Mais

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders