Attaques de Kinshasa : la thèse Kamuina Nsapu ne tient plus pour la police

Dans Actualités, Politique
Kinshasa, RDC

Au moins 12 personnes ont trouvé la mort, lundi 7 août, dans plusieurs attaques à Kinshasa, la capitale de la RDC. La police parle des Bundu dia Mayala, les militants du mouvement politico-mystique du député Ne Muanda Nsemi, évadé de la prison de Makala le 17 mai 2017.

Les attaques, presque simultanées, ont éclaté vers 9h50, alors que les commerces venaient d’ouvrir à Kinshasa. Attaques signalées aussi à Matadi et à Boma, dans le Kongo-Central, au sud-ouest de la RDC.

Au moins 12 morts, et des victimes des balles perdues à Kinshasa

Le bilan provisoire, dressé par la police le 7 août 2017, fait état de « 12 personnes fauchées par balles perdues. » A Sainte Thérèse, 4 assaillants Bundu dia Mayala, armés de calibre 12 et armes blanches, ont été tués alors qu’ils avaient attaqué les forces de l’ordre. La police a aussi compté, 2 morts au marché de Liberté sur le boulevard Lumumba, 1 à Matet et 5 autres au niveau de Selembao, toujours à Kinshasa.


La police note aussi le lynchage, par les assaillants, du commissaire supérieur adjoint de la police Djibwa au sous-commissariat de Selembao Nord. Il « est dans un état de santé très critique ». Un autre policier a, lui aussi a été lynché à Funa, un quartier de Kinshasa.

L’aile dure des Bundu dia Mayala a croisé la police

Dans le Kongo-Central, à Matadi, les Bundu dia Mayala étaient aussi dans la rue. « L’aile dure a retrouvé sur son parcours les forces de l’ordre ». Deux assaillants ont été tués, 3 policiers blessés, lors des affrontements. A Boma, dans la même province, la police a dispersé les militants qui arboraient des messages hostiles au président Joseph Kabila.


Dans la capitale Kisnhasa, les activités ont été paralysées à N’djili après des tirs entendus. A Ngiri-Ngiri, autre quartier de la capitale, c’était la psychose. Ne Muanda Nsemi était annoncé de retour pour « récupérer ses biens ». Pendant ce temps-là, la police avait quadrillé le quartier Binza pigeon.

La Police sur le point d’abandonner la thèse Kamuina Nsapu à Kinshasa

Ce bilan de la police mettant en cause le mouvement Bundu dia Mayala rompt avec l’assurance d’avoir trouvé de nouveaux responsables, affichée deux semaines plus tôt.

Le 28 juillet, la police dédouanait le Bundu dia Mayala des soupçons d’attaques contre les prisons et le marché central de Kinshasa. Et ce, pour pointer un réseau terroriste, opérant sous le label des Kamuina Nsapu. La police précisait même que Ne Muanda Nsemi, évadé de Makala, avait juste profité des facilités « présentées par les assaillants terroristes » et qui l’auraient même soumis « aux rituels du mouvement Kamwina Nsapu. » Lire notre article « UDPS derrière les attaques de Kinshasa et les Kamuina Nsapu (Basile Olongo) ».

Après la police, c’est le vice-ministre de l’intérieur Basile Olongo, qui accusait clairement le parti d’opposition UDPS d’être derrière ces attaques. En accusant le Bundu dia Mayala dans les nouvelles attaques, c’est finalement la confusion qui règne sur l’idée que la police donne des responsables des violences que connaît la capitale congolaise.

L’UDPS, répondant au vice-ministre, dénoncé des imputations dommageables et promis de le traduire en justice. Mais aussi, une tentative désespérée visant à l’affaiblir.

CD

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

Vous pouvez aussi lire!

Katanga, Jessé Numbi

Jessé Numbi : « les attaques tribales et la haine vont affaiblir le Katanga »

Le basculement progressif de Lubumbashi vers l’opposition attire plusieurs attentions sur cette ville qui se rebelle. Le pourvoir de

Lire plus...
Labi mpiana, Taux de change

RDC : un taux de change politique pour baisser les salaires des fonctionnaires

Le gouvernement de la RDC essaie, non sans peine, de stopper la dépréciation du Franc Congolais. C’est sans exclure

Lire plus...
Lubumbashi Célestin Pande

Célestin Pande confirmé gouverneur du Haut-Katanga

C’est confirmé, Célestin Pande est gouverneur du Haut-Katanga. La cour d’appel de Lubumbashi s’est prononcée, samedi 9 septembre 2017,

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders