Démission de Jean-Claude Masangu, dissensions à l’UDCO, et le silence de la MP

In Actualités, Politique
Jean-Claude Masangu, UDCO

La démission de Jean-Claude Masangu Mulongo de la présidence de l’UDCO témoigne d’un malaise qui va au-delà de son propre parti. Il a indiqué, mercredi 16 août sur Twitter, qu’il vise à sauvegarder l’unité du parti. Mais aussi « l’honneur et la dignité. » Le 15 août, les jeunes du parti interpellaient le pouvoir, la MP, silencieux depuis le début de la crise d’un parti membre, sur les mêmes termes.

Jean-Claude Masangu Mulongo est président de l’Union pour le développement du Congo, UDCO, depuis une année. A succédé à Banza Mukalayi, un des derniers proches du président Mobutu et qui s’est rapproché du président Joseph Kabila. Il a dirigé plusieurs ministères. A sa mort, Jean-Claude Masangu a été désigné pour diriger le parti.


De hauts cadres ambitieux au sein de l’UDCO

La crise interne apparaît au grand jour le 21 mai 2017 lorsque des membres destituent Jean-Claude Masangu de la présidence de l’UDCO. Plusieurs membres, dont les députés nationaux, apportent leur soutien au président du parti. L’« auto-exclusion » des frondeurs est constatée, et commence alors la dissidence.

Dans sa lettre de démission, Jean-Claude pointe des dissensions internes risquées pour la cohésion du parti. Sa vision, son plan de modernisation du parti, ainsi que sa rigueur de gestion son restées incompris. Ils « n’ont pas rencontré l’assentiment de certains hauts cadres ambitieux à la recherche de postes », écrit-il.

Jean-Claude Masangu va recouvrer sa liberté

Jean-Claude Masangu justifie ainsi sa décision par le souci de donner une chance à la réconciliation. Mais la liberté, tout comme la dignité et l’honneur, lui sont chères. « J’ai décidé de vous présenter ma démission à dater de ce jour et recouvrer ma liberté », écrit-il. Mais aussi, il espère « mettre définitivement fin aux divisions et déchirements internes. » Une démarche que Jean-Claude Masangu entreprend, en outre, pour « sauvegarder l’honneur et la dignité ».


C’est vraisemblablement cet esprit de l’liberté et d’indépendance qui a déplu à certains membres du parti. Mais la Majorité présidentielle (MP) à laquelle il appartient, ne serait pas étrangère aux dissensions internes. Le banquier, connu pour sa rigueur qui lui a permis de rester près de 16 ans à la tête de la Banque centrale du Congo, la BCC, ferait peur au sein de la MP.

Son nom a été cité plusieurs fois parmi les possibles premiers ministres de la RDC. « Plusieurs ont intérêts à l’éloigner du président Kabila, de peur qu’il ne leur porte ombrage », explique une source de la MP. Son discours d’investiture à l’UDCO, par exemple, aurait gêné le premier ministre Matata. C’était, en 2016, pendant que son l’économie dégringolait.

La Majorité présidentielle se tait et étonne

Faut-il comprendre dans ce sens, l’appel de la jeunesse de l’UDCO, le 15 août, à l’intervention de la MP et du président Kabila ? Ils les invitaient, en effet, à agir pour « sauvegarder la dignité du parti », en dénonçant la convocation d’un congrès les dissidents.

Ce qui fait douter, en effet, c’est le silence de la majorité alors qu’un parti membre traverse une crise depuis plusieurs mois. Des dissensions conduisant à l’éclatement du parti, par exemple, avec le risque qu’une partie bascule à l’opposition. Une possibilité que l’ignore pourtant la MP. Dans le Katanga où l’UDCO est fortement implantée, elle a a profité du soutien du parti.

CD

You may also read!

CENI, Calendrier électoral, CENI RDC, Processus électoral

La Céni RDC tient au respect du calendrier électoral

Le 8 juillet 2018, la Céni a clôturé la réception des candidatures aux provinciales en RDC. Elle a annoncé,

Lire plus...
Clotilde Mutita, CENI

G7 – Ensemble : « C’est l’heure de mettre la CENI face à ses responsabilités » (C. Mutita)

Dans la ville de Lubumbashi, l’opposition acquise à Moise Katumbi a déposé la liste de ses candidats aux provinciales.

Lire plus...
Internet en RDC

Hubert Tshiswaka : « La société civile a failli à sa mission »

Le défenseur des droits de l’homme Hubert Tshiswaka était invité au café de presse de vendredi à Lubumbashi. Il

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders