Kolwezi : des policiers en fuite, pour ne pas se rendre à Kinshasa

Dans Actualités, Congo profond
Police, Kolwezi, Lubumbashi

Des policiers nouvellement formés à Lubumbashi sont introuvables. Ils ne sont ni à Kolwezi où ils ont été recrutés, en majorité, ni à Kinshasa où les a réclamés le ministre de l’intérieur. Ils refuseraient d’aller dans la capitale de la RDC.

Le 17 août 2017, 395 nouvelles recrues intègrent la police nationale congolaise. Ils viennent de suivre une formation de plusieurs mois. Officiellement, ils vont rejoindre le Lualaba. Cette province des quatre nées du morcellement du Katanga, n’a pas les effectifs qu’il lui faut pour assurer la sécurité.

D’abord Kinshasa, Kolwezi après

Mais le premier couac sonne après la cérémonie de clôture de la formation. Le ministre de l’intérieur, Emmanuel Shadari, décide d’envoyer les nouveaux flics à Kinshasa. La capitale congolaise est en turbulences politiques depuis l’expiration du mandat du président Kabila en 2016. Elle a besoin de flics pour le maintien de l’ordre.

Mais les raisons politiques l’emportent ainsi sur le sécuritaire, mieux, l’administratif. De 395 nouveaux policiers, en effet, près de 350 ont été recrutés dans le Lualaba qui a manifesté le besoin. C’était une demande du gouverneur Richard Muyej, en 2016, de former de nouveaux policiers. Mais le ministre de l’intérieur a décidé de n’y retourner que 50. « Dans un premier temps », explique un journaliste de Kolwezi, joint au téléphone par Congo Durable.

Lire aussi : Célestin Kanyama : « Maintenant je suis esprit de vie ».

Kinshasa ne fait pas rêver des policiers Katangais

On ignore pour quelle raison, les nouveaux policiers ont pris le large. Ils s’exposent, néanmoins, aux poursuites pour désertion, punie par le code militaire de la RDC. Mais on sait au moins que les populations de l’ancien Katanga rêvent très peu de Kinshasa, pas en tout cas tout le monde. La capitale de la RDC est bonne pour la politique, mais l’économie n’y est pas assez facile. Qui plus est, les policiers en fuite sont enfants de Kolwezi. C’est-à-dire, d’une ville bâtie sur des gisements de cuivre. Une affectation dans la capitale congolaise n’est donc pas une bonne nouvelle pour plusieurs.

Bien plus, depuis les violences qui secouent Kinshasa, les policiers sont la première cible des attaques répétées. Des attaques que la police et le gouvernement ont attribuées au mouvement politico-mystique Bundu dia Maya. C’était avant de se raviser et de pointer les miliciens Kamuina Nsapu, qui seraient manipulés par des opposants politiques. Après l’attaque du 7 août, à Kinshasa, la police a de nouveau accusé les Bundu dia Mayala, le mouvement du député Ne Muanda Nsemi en fuite. Pour ces raisons, Kinshasa n’est pas une destination qui fasse rêver de nouveaux policiers.

A Kolwezi, depuis l’annonce de cette fuite de policiers, les autorités du Lualaba cherchent les « déserteurs ». « Nous l’avons appris, nous tous, à travers un communiqué signé par le ministre de l’intérieur du Lualaba. Il demande à toute personne qui connait un policier nouvellement formé d’en informer les autorités. Ou encore, de le leur amener », explique le journaliste que nous avons joint.

Les 50 policiers qui devaient, finalement se rendre à Kolwezi, ne sont pas encore partis, explique le journaliste. Personne ne sait, à ce jour, combien exactement en fuite ni où ils se trouvent.

CD

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

Vous pouvez aussi lire!

Lubumbashi

Lubumbashi : Kapufi arrête de poursuivre le journaliste Jeff Mwingamb

La ministre du genre du Haut-Katanga Viviane Kapufi a retiré sa plainte contre le journaliste Jeff Mwingamb le vendredi

Lire plus...
Katanga, Jessé Numbi

Jessé Numbi : « les attaques tribales et la haine vont affaiblir le Katanga »

Le basculement progressif de Lubumbashi vers l’opposition attire plusieurs attentions sur cette ville qui se rebelle. Le pourvoir de

Lire plus...
Labi mpiana, Taux de change

RDC : un taux de change politique pour baisser les salaires des fonctionnaires

Le gouvernement de la RDC essaie, non sans peine, de stopper la dépréciation du Franc Congolais. C’est sans exclure

Lire plus...

Laissez un commentaire:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders