Congo durable : Ces violences chères aux politiciens (édito)

Dans Opinions, Politique
Congo Durable

Trois crises alternent de résurgence saugrenue, en République démocratique du Congo, depuis un an ou plus. A Kinshasa éclatent des violences, généralement attribuées au mouvement politico-religieux Bundu dia Mayala, dans le Tanganyika, Pygmées et Bantu s’attaquent ! Presqu’automatiquement. Et, dans les Kasaï, les insurgés Kamuina Nsapu ou les forces de sécurité qui les traquent font parler d’eux. A la Une de Congo durable! 

Téléchargez gratuitement Congo Durable n°12 en cliquant sur le lien.

Curieuse coïncidence, comme c’est arrivé entre les 4 et le 9 août. Dans les Kasaï, l’ONU a dénoncé une crise qui prend une tournure ethnique. Des gens ont été tués sur base de leur appartenance tribale. Un conflit né de la tuerie, par les services de sécurités, du chef traditionnel Kamuina Nsapu. En 2016.

A Kinshasa, à Boma et à Matadi, et la police a encadré les présumés auteurs des attaques du 7 août. Ils arboraient pourtant des affiches anti-Kabila, et ont tenté de s’attaquer notamment à la prison de Makala. Le Tanganyika a fait, quant à lui, parler de lui avec des tueries par les

Pygmées. Aussi, un camp de déplacés a brûlé sans explication à Kalemie. Curieuses coïncidence !

A l’apparition de ces mouvements (moins celui du Tanganyika, plus ancien), une année plus tôt, ou presque, de nombreux observateurs redoutaient qu’ils ne nourrissent le chaos censé justifier le report des élections, et l’instauration de l’état d’urgence en RDC. La question est désormais évoquée par l’opposition, et le gouvernement s’en défend. L’ONG de droits de l’homme Human Rights Watch trouve suspect que la police disperse systématiquement les manifestations pacifiques en RDC, mais encadre les présumés Bundu dia Mayala.

Du coup, se renforce l’hypothèse des violences voulues, entretenues ou du moins, tolérées. Des violences presque sacrées, dénoncées au jour, et embrassées au noir. Sinon, comment que comprendre que des groupuscules, mal organisées et vraisemblablement mal formées et mal armées (de bâtons, d’armes à feu artisanales et de fétiches), viennent à mettre en déroute toute une armée et une police entière ?

Vous pouvez lire aussi: « Congo durable : une société civile congolaise très malade« .

Didier Makal

 

 

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

Vous pouvez aussi lire!

Katanga, coutumes

Coutumes et politique, le difficile choix des chefs en RDC

La tradition aux villageois et au village. Mais aux chefs traditionnels, accordez la politique et une belle vie en

Lire plus...
Jean-Claude Kazembe, Haut-Katanga

Haut-Katanga : Jean-Claude Kazembe tombe à la cour suprême

La Cour suprême de justice de RDC s’est déclarée incompétente pour statuer sur le contentieux électoral dans le Haut-Katanga.

Lire plus...
Katanga, Ikombi Moponda

Mgr Ikombi : Le Katanga est « tout un esprit »

Deux ans se sont écoulés depuis (2015) le découpage territorial qui a éclaté le Katanga en quatre provinces. Mais

Lire plus...

Laissez un commentaire:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders