RDC : à New-York, l’ONU surprend opposition et pouvoir

Dans Actualités, Politique
RDC, Joseph Kabila

Les élections en 2017, en République démocratique du Congo, l’ONU y croit encore. En marge de la 72e session des Nations-Unies, à New-York, la réunion sur la RDC s’est montrée pressante. De quoi gêner Kinshasa en quête de soutien au report des élections. Mais surprise, tout de même, pour l’opposition dont une partie a réalisé l’impossibilité d’élections dans cette échéance.

Dans un communiqué, les membres du conseil de sécurité de l’ONU ont appelé au respect de l’Accord du 31 décembre 2016. Cet accord qui fixe les élections à la fin de 2017 en RDC, sans le président Kabila. Ces pays, France, Grande-Bretagne, Russie, Chine et Etats-Unis, croient ainsi qu’il est encore possible d’organiser les élections avant la fin de l’année.

L’eurodéputée italiano-congolaise Cécile Kienge s’en félicite, ou presque. « #ONU exige respect accords Saint Sylvestre, fustige glissement perpétuel et pousse pour les élections d’après Kabila! »

Le clan Kabila soutient les élections après 2017

En juillet, l’Union africaine a apporté son soutien au président Kabila en critiquant les sanctions américaines et européennes. Elles visent ses proches, civiles et militaires. La diplomatie congolaise s’applique, depuis, à montrer que Kabila assure la stabilité en RDC. Un argument qui ne passe pas inaperçu. « Personne ne veut d’un Congo instable », expliquent plusieurs analystes de la politique congolaise. Mais le plus dur est de prouver qu’avec le président Kabila qui totalise 16 ans au pouvoir, la RDC sortira des violences qui la gangrènent depuis deux décennies.

C’est à ce niveau même qu’intervient l’activisme de l’opposition, avec notamment le duo Moïse Katumbi – Félix Tshisekedi. Non invités, officiellement à la 72e session de l’ONU, ils y étaient pourtant. Ils ont continué à militer pour le départ du président congolais du pouvoir. On les voit, par exemple, sur une photo publiée par le chef de la diplomatie belge, Didier Reynders. Tout comme, d’ailleurs, Léonard She Okitundu, le chef des Affaires étrangères congolaises.

Pas de paix en RDC ni transition avec Joseph Kabila

Dans un communiqué publié le 19 septembre, avec le concours d’autres acteurs de la société civile, Katumbi et Tshisekedi fils ont clairement indiqué que la paix en RDC c’est sans Joseph Kabila au pouvoir.

Des journalistes belges du quotidien Le Soir ont rapporté des discussions sur le sort de Joseph Kabila et ses avoirs. L’idée est de le rassurer de ne rien perdre et de ne pas subir des poursuites judiciaires. Et, en échange, Kabila part du pouvoir. Pas rassurant au niveau où en sont les protagonistes. L’Union africaine, depuis, s’active dans l’espoir d’une solution pacifique.

Lire aussi : La paix en RDC, c’est sans Joseph Kabila, selon Moïse Katumbi.

Mais officiellement, l’ONU s’est gardée de s’avancer sur toutes ces pistes, cherchant à ménager les choux et les chèvres. Elle a rappelé « la nécessité » de mettre en œuvre entièrement l’Accord du 31 décembre. Ce qui, pour le pouvoir de Joseph Kabila, constitue une pression qu’il croyait bien derrière lui. Une position dont peut se contenter, pour l’instant, l’opposition qui propose déjà une transition sans Kabila.

Joseph Kabila sera peut-être encore là pour l’alternance

Mais au final, l’opposition réalise qu’elle a encore affaire au président Kabila. Il sera encore là, vraisemblablement jusqu’aux prochaines élections. L’opposition le soupçonne, par ailleurs, de vouloir organiser un référendum pour s’accorder le mandat interdit par la Constitution. C’est en tout cas ce que dit Félix Tshisekedi dans un tweet. « On va verser des larmes de crocodile à Kananga alors qu’on prépare la catastrophe (référendum) à tout le peuple congolais. Quel cynisme ! »

Lors de la récente visite du chef de l’Etat à Kalemie, dans le Tanganyika, le gouverneur Richard Kitangala a clairement appelé au référendum en faveur de Joseph Kabila. On sent déjà qu’une telle action en RDC pourrait se révéler périlleuse. D’où l’inquiétude des onusiens qui en appellent au respect de l’accord signé entre opposition, pouvoir et société civile le 31 décembre.

Didier Makal

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

Vous pouvez aussi lire!

Fraude douanière

Un mur de 20 km pour empêcher la fraude douanière à Kasumbalesa

Un mur de 20 kilomètres, pour empêcher la fraude douanière, à la frontière zambienne, à Kasumbalesa. L’initiative est du

Lire plus...
Rentrée des classes

C’est la rentrée des classes pour les écoles périphériques de Lubumbashi

Le 4 septembre, l’année scolaire 2017-2018 a démarré en République Démocratique du Congo. Une rentrée des classes trop timide

Lire plus...
Photographie, presse

Les médias congolais abordent moins les femmes politiques

Les médias congolais seraient-ils un peu machistes ou, au contraire, ignoreraient-ils les compétences des femmes en politiques ? Elles n’y

Lire plus...

Laissez un commentaire:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders