Le journaliste Jeff Mwingamb libéré à Lubumbashi

In Actualités, Congo profond
Journaliste, Lubumbashi

Le journaliste Jeff Mwingamb a été condamné à 6 mois de prisons avec sursis, pour un article sur la ministre Viviane Kapufi. Il est toutefois sorti de la prison de Kasapa à Lubumbashi, le 3 octobre, 34 jours après son arrestation.

Jeff Mwingamba, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Le Fédéral, a été arrêté le 30 août à Lubumbashi. Les services de renseignement l’ont conduit à la prison centrale de Kasapa. Il était poursuivi pour « diffamation » par voie de presse par la ministre provinciale du genre, Vivianne Kapufi.

L’article à problème est paru dans le 281e  numéro du Fédéral Hebdo du 19 au 26 aout 2017. Sous le titre : « Haut-Katanga : pour leur prestation au gouvernement provincial », il s’est montré critique pour plusieurs ministres. Mais la partie « Viviane Kapufi de la légèreté à l’incapacité » a déplu à la ministre.

Le fruit de plusieurs interventions

Le bureau provincial de l’UNPC a présenté la libération du journaliste Mwingamb comme le résultat des efforts de plusieurs personnes.

« Le comité provincial de l’UNPC salue la libération de la prison de Kassapa du journaliste Jeff Mwingamb. L’UNPC Katanga remercie son cabinet conseil (et) remercie aussi tous les héros dans l’ombre (…). A tous ceux qui ont contribué pour que la plaignante désiste et que lors de la  dernière audience il n’y ait plus de partie civile, l‘UNPC dit merci ».

Mais il se pourrait bien que le désengagement de la ministre Viviane Kapufi n’a pas changé le sort du journaliste. L’Observatoire de la liberté de presse en Afrique s’est aussi déclaré soulagé par cette libération.

La plainte de Kapufi a continué de peser sur Jeff Mwingamb

Le 15 septembre, les journalistes s’étaient réunis avec en vue, une marche de protestation. Elle devait s’achever par un sit-in devant le siège du gouvernement du Haut-Katanga, à Lubumbashi. La ministre Kapufi avait alors passé un coup de fil à l’UNPC, annonçant l’abandon des poursuites. Mais elle n’a jamais retiré sa plainte par écrit.

Ceci a eu pour conséquence, la continuité de la plainte alors que les professionnels des médias avaient suspendu leur marche. Le journaliste Jeff Mwingamb a donc été condamné le 2 octobre. Il prend six mois de prisons, avec sursis et des amendes qui ont été versées avant sa libération.

Un retrait de plainte théorique

Pour l’avocat du journaliste, Me Guy Kazadi, il n’y a pas eu de retrait de plainte. « Le retrait de la plainte était théorique. Je n’ai jamais eu une seule preuve que madame la ministre a retiré sa plainte. Elle ne s’est, toutefois, pas constituée partie civile. » Aussi, explique le juriste, « sur le plan procédural, le ministère public poursuit l’infraction », même sans plaignant.

L’avocat qui conteste la condamnation, a interjeté l’appel, dénonçant des vices dans la procédure. Quant au journaliste Jeff Mwingamb, il ne s’est pas encore exprimé. Il devrait tout d’abord bénéficier d’un suivi médical, ayant été transféré en prison alors qu’il était sous soins  médicaux.

Fidèle Bwirhonde, Didier Makal

You may also read!

Jean-Claude Kazembe, Haut-Katanga

Jean-Claude Kazembe fait son retour à Lubumbashi plus d’une année après sa destitution

C’est un retour en fanfare, ou presque, celui de Jean-Claude Kazembe. L’ancien gouverneur du Haut-Katanga, destitué en avril 2017

Lire plus...
Lubumbashi, Insécurité

Lubumbashi : au moins trois morts dans les manifestations contre l’insécurité

L'insécurité est loin de reculer à Lubumbashi, ville où pas plus tard que le weekend dernier, la police a

Lire plus...
Haut-Katanga, Lubumbashi, députés nationaux

Haut-Katanga : les villes arrachent 66 % de sièges de députés nationaux

Lubumbashi arrache près de la moitié des électeurs enregistrés par la CENI, Commission électorale nationale indépendante. Ce sont 1,1

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders