Congo Durable : Le tribalisme créateur des politiciens

In Opinions, Politique
Congo Durable

Vous avez dit élections ? Rassurez-vous que quelque part, sur l’immense territoire qui forme la République démocratique du Congo, RDC, plusieurs entendent sonner le temps de resserrement tribal. C’est imparable. Voici l’éditorial, à la Une de Congo Durable n°14.

Même après avoir vécu 40 ans à Kinshasa, à Lubumbashi, à Goma, à Gemena ou dans un autre grand centre urbain, les personnes qui croient ressentir de vocation politique sont tentées de retourner dans leurs villages. Dans leurs régions d’origine. Pourtant, ils sont plusieurs qui n’en n’ont plus que de lointains souvenirs d’enfance.

Une chose les rassure au moins, une fois arrivés : ces politiciens citeront leurs aïeux, quelques membres de familles. Ils seront aidés par quelques rares leaders locaux, « députables » mais pauvres travaillant pour être suppléant ou un vélo comme récompense. Ils apporteront ballons de foot, t-shirts, sacs de sel, friandises de la ville. Puis, ils sortiront leur gros français, maculé de mots des langues locales. Et, pour tout discours de campagne ils diront : « je suis votre enfant. »

La tribu. Elle n’a rien de mal en elle-même. La tribu ne devrait gêner personne en tant que référence culturelle et des valeurs. Mais, exception faite dès l’instant où la politique s’établit à côté. En RDC, corrompant tout ce qu’elle touche, la politique crée et exacerbe le tribalisme.

La République s’en trouve profondément souffrante, si bien que la tribu, non, le tribalisme, remplace mérite et équité. Pas étonnant, dès lors, que l’ombre des chefs coutumiers, devenus insidieusement chefs des tribus, plane sur toute chose. Ces chefs devenant eux-mêmes politiciens. Car tout est politique, tout devient tribal. Ils demandent constamment : « les fils de chez nous », en politique, dans l’administration publique, et dans les religions.

C’est jusqu’à rompre des rêves, des unions de mariages entre les âmes qui s’adorent. Bientôt, en RDC, la tribu risque d’être la référence de toute chose. Déjà, des fonctions politiques s’acquièrent sur base de poids tribal sous-couvert d’associations socioculturelles, ou des partis politiques structurellement tribaux.

Bonne lecture de ce numéro 14 de l’hebdomadaire (imprimé) Congo Durable.

Didier Makal

You may also read!

Jean-Claude Kazembe, Haut-Katanga

Jean-Claude Kazembe fait son retour à Lubumbashi plus d’une année après sa destitution

C’est un retour en fanfare, ou presque, celui de Jean-Claude Kazembe. L’ancien gouverneur du Haut-Katanga, destitué en avril 2017

Lire plus...
Lubumbashi, Insécurité

Lubumbashi : au moins trois morts dans les manifestations contre l’insécurité

L'insécurité est loin de reculer à Lubumbashi, ville où pas plus tard que le weekend dernier, la police a

Lire plus...
Haut-Katanga, Lubumbashi, députés nationaux

Haut-Katanga : les villes arrachent 66 % de sièges de députés nationaux

Lubumbashi arrache près de la moitié des électeurs enregistrés par la CENI, Commission électorale nationale indépendante. Ce sont 1,1

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders