Civisme fiscal et discours « courtois » : leçons au maire de Lubumbashi

Dans Actualités, Congo profond
Lubumbashi

Où va l’argent des taxes que perçoit la mairie de Lubumbashi dans le secteur de transport ? Un groupe de Congolais, « Les compatriotes », a déposé un mémorandum lundi 9 octobre 2017. Il demande « un contrôle parlementaire rigoureux », par l’assemblée du Haut-Katanga.

Le mémorandum qui met le président Joseph Kabila et le ministre de l’intérieur en copie, a été déposé lundi matin. Les compatriotes », signent ce document de 4 pages. Ils y déclinent leurs identités : numéros de téléphone et des pièces d’identités. Ils vivent tous à Lubumbashi.

Des taxes qui tracassent, taxes de trop ?

Ils « attirent l’attention » des députés sur la perception des taxes sur les automobiles privés. Des perceptions qui durent, indiquent-ils, depuis que « les actuels animateurs de la ville » ont été nommés. En tête et visé, Jean-Oscar Sanguza, maire de Lubumbashi. Des actes, expliquent-ils, « qui risquent qui risquent de créer un malaise social, comme si les transporteurs Lushois (de Lubumbashi) étaient différents de ceux qui exercent la même dans les autres villes » de la RDC.

Au départ de cette action « citoyenne », une série d’exigences et taxes suspectes qui pèsent sur le contribuable. Ils énumèrent :

  • l’achat obligatoire des plaques lumineuses, à 30 USD, par les chauffeurs de taxis,
  • l’achat obligatoire des numéros d’immatriculation des taxis et bus (mini-bus), ignorant d’anciens numéros,
  • l’obligation de peindre en rouge-blanc les véhicules de transport en commun au motif de lutter contre l’insécurité,
  • la perception annuelle de 30 USD sur chaque véhicule privé, pour la carte de stationnement. Et ce, « dans une ville où les parkings posent énormément problème », Lubumbashi, écrit le mémo.

Où va l’argent des taxes à Lubumbashi ?

Les signataires de ce mémorandum ne s’arrêtent pas là. Ils cherchent, par ailleurs, les corrélations qui existent entre l’insécurité dans la ville et la peinture des véhicules. Ou encore, le volume des taxes perçues annuellement, leur affectation et les comptes bancaires où les fonds sont versés.

Ils notent, en effet, que malgré ces taxes et bien d’autres, l’assainissement ne suffit pas à Lubumbashi. Bref, pas de transparence dans la gestion des taxes automobiles, et d’autres encore. Ils insistent : « nous prêchons le civisme fiscal dans le but de permettre à l’autorité d’avoir les moyens de sa politique. » Et cela, de façon à « affecter de manière rationnelle aux besoins d’intérêt collectif durable. »

Lire aussi: Destruction de 1200 maisons à Lubumbashi : les victimes appellent à la justice.

Le maire appelé à parler « de manière civilisée »

« Les patriotes » se veulent précis, au final. « Le patron de l’hôtel de ville a l’obligation de rendre compte aux contribuables Lushois représentés par les députés. » Et cette fois, les explications, ils les attendent en passant par les députés censés assurer le contrôle. Le maire de Lubumbashi devrait expliquer alors à quoi a servi l’argent de la population.

Et, c’est sans oublier de demander que le maire parle à ses administrés, « de manière civilisée ». C’est-à-dire, expliquent-ils, sans « propos menaçants et discourtois » par lesquels le maire se serait illustré dans ses sorties médiatiques.

Didier Makal

 

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

Vous pouvez aussi lire!

Fraude douanière

Un mur de 20 km pour empêcher la fraude douanière à Kasumbalesa

Un mur de 20 kilomètres, pour empêcher la fraude douanière, à la frontière zambienne, à Kasumbalesa. L’initiative est du

Lire plus...
Rentrée des classes

C’est la rentrée des classes pour les écoles périphériques de Lubumbashi

Le 4 septembre, l’année scolaire 2017-2018 a démarré en République Démocratique du Congo. Une rentrée des classes trop timide

Lire plus...
Photographie, presse

Les médias congolais abordent moins les femmes politiques

Les médias congolais seraient-ils un peu machistes ou, au contraire, ignoreraient-ils les compétences des femmes en politiques ? Elles n’y

Lire plus...

Laissez un commentaire:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders