Toilette et douche, le mariage qui tue à Lubumbashi !

In Congo profond, Environnement
Lubumbashi, toilettes

S’il y a relation de bon voisinage à Lubumbashi, les premières à mieux le vivre sont les douches et toilettes. Un local minuscule pour les deux à la fois, et bien souvent une toilette qui sert aussi de douche. C’est purement ancestral et peut-être malheureusement un attribut de pauvreté. Mais la peine c’est que le danger n’est pas immédiatement ressenti.

Dans nos cités, les maisons d’habitation sont elles-mêmes exigües pour contenir les sanitaires. Pas déjà assez pour aisément abriter tous les occupants, sans oublier les plus indésirables mais qui ne demandent jamais l’aval de personne : mouches, rongeurs et cafards.

L’incroyable négligence des toilettes à Lubumbashi

Une maisonnette de secours s’érige alors en latrine. Ou bien, latrine et douche se combinent dans une hygiène déplorable. Qu’on construise pour soi ou pour un locataire éventuel, qui paiera de l’argent pour l’occuper, plusieurs habitations sont sans normes. Et pire, ces toilettes servent parfois pour des parcelles, partageant une cour commune, que vont servir pareilles installations. Mais qu’importe, c’est le présent qui compte.

Et pourtant, une hygiène aussi dégradée que celle-là mine la vie. Mais quand on est né, ou qu’on a grandi ou vieilli dans de telles conditions, plus aucune mise en garde ne passe. Dieu s’en charge depuis toujours, ce n’est pas maintenant qu’il laissera tomber les sien ! Quitte à se laisser surprendre par des épidémies comme le choléra qui secoue de nombreuses villes de RDC.

Douches et WC se confondent

A Lubumbashi, la cohabitation entre latrines et douches pose problème. Dans la plupart des cas, nos toilettes n’ont rien de « lieu d’aisance ». Bien au contraire. C’est l’endroit le plus sale, où rien ne s’avale ni ne se dit car la bouche doit se garder fermée. D’ailleurs, il faut se soulager vite, très vite même, pour ne pas se retrouver parfumer d’odeurs des matières fécales. Et penser, dès lors, qu’on doit y passer dix, peut-être vingt minutes à prendre sa douche, est sans doute un calvaire. Mais on s’y habitue bien dangereusement, curieusement.

Bien plus, monsieur prenant son bain, impose à son fils, frère, fille ou épouse une longue attente alors qu’un besoin de se soulager presse. Il pourrait en être ainsi lorsque quelqu’un frappé d’une forte diarrhée se trouve retenu.

Les toilettes publiques, mais quelle catastrophe !

Les services urbains et provinciaux d’hygiène et assainissement sont débordés. Parfois, ils n’existent que de nom : c’est-à-dire qu’ils manquent même de moyens rudimentaires pour travailler et montrer l’exemple. Pour cure les égouts ou des canaux bouchés, généralement pollués, ils risquent pour leur santé.

Par malheur, les services publics ne sont pas bons élèves en termes d’assagissement de milieux de travail. Leurs toilettes sont soit bouchées, mal entretenues ou inexistantes. Les services d’hygiène se limitent alors, dans les entreprises, à exiger des éléments écrits dans la loi.

La santé ? Dieu gère !

Et la santé alors ? Il est de notoriété publique que l’exposition à un environnement insalubre est une menace contre la santé. Un WC marié à une douche, mal entretenues, les deux réunissent des conditions idéales pour des bactéries et virus. On les ramène tous les jours dans la maison.

Alors malaria, provoquée par des moustiques, typhoïde, vers intestinaux, ou choléra, ne baissent pas à Lubumbashi. La réponse, plus naïve que coupable est imparable pour plusieurs : c’est Dieu qui nous protège.

Fidèle Bwirhonde et Chris Tulizo

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Politiciens à surveiller : Kabund, Kabuya, Mwilanya, Shadary

Dans les tensions actuelles en RDC, 4 politiciens brillent par des déclarations possiblement inflammables. Ils ne semblent pourtant pas

Lire plus...

Casser et brûler, étonnante citoyenneté congolaise

A Lubumbashi, à Kinshasa ou encore à Goma, beaucoup de Congolais ont une étonnante facilité à casser et brûler.

Lire plus...
Marie Tumba, Célestin Tunda

Tunda Yakasende usurpe les fonctions de Marie Tumba à Kampala

Un acte ne passe pas inaperçu, et suscite depuis le week-end dernier, l’indignation à Kinshasa. Lors de la visite

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders