Lubumbashi : Wallonie-Bruxelles clôture mars 2018 en musique

In Actualités
Lubumbashi, Wallonie-Bruxelles

Le mois de mars, dédié à la valorisation des droits des femmes, est devenu tout un phénomène à Lubumbashi, et en RDC. Il se célèbre, et c’était en musique avec « Gemima Band », un orchestre de Kinshasa invité par le centre culturel Wallonie-Bruxelles.

Le public était sélect pour une dame aussi unique en son genre qui met du feu sur Kinshasa par sa musique depuis quelques années. « Gemima Band », tenue une femme, est la première troupe du genre à ne faire que du saxophone. Ce soir-là, dans les installations d’un restaurant italien de Lubumbashi, personne n’a voulu voir le spectacle s’arrêter.

« Lève-toi » femme congolaise !

Ce concert-spectacle a vécu sous le thème « lève-toi ». Une manière d’inviter la femme dont le mois se clôturait, à sortir de son sommeil traditionnel et à braver peur et obstacles. La patronne de « Gemima Band » en est sans doute l’exemple, elle qui a choisi un style musical que même les hommes, en RDC, abordent difficilement.

Alors qu’elle se hâtait à voir le spectacle prendre vie, Annie Kabeya qui gère localement le bureau Wallonie-Bruxelles, a rappelé que son bureau ne voudrait laisser aucun aspect culturel sans sa vie, tant que c’est digne d’un accompagnement.

Ce concert offert a été le dernier de huit points de la programmation mensuelle du bureau Wallonie-Bruxelles Lubumbashi pour le mois de mars et qui a été un focus sur la femme et la francophonie.

En musique et en slam à Wallonie-Bruxelles

Durant ce mois de mars,  Wallonie-Bruxelles Lubumbashi a mis en avant l’artiste Thierry Banza, danseur classique et contemporain. Ce, avant de valoriser des peintures faites par 28 filles et femmes artistes de l’institut de beaux-arts de Lubumbashi. Le thème « Femme dynamique, Oui mars » en était toute une révélation, en effet. Dans quelques écoles de Lubumbashi, par ailleurs, une série de projections a été organisée avec des films francophones. Ailleurs se tenaient, durant le mois, des ateliers notamment autour du slam avec « Debout Slam ». Et, bien entendu, du numérique qui devrait bénéficier aux artistes, avec « l’artiste à l’ère du digital ».

Enfin, la musique congolaise et celle française ont été mêlées et chantées autrement. On a pu savourer cette symbiose au cours d’un « Café Jazz » animé par l’artiste Francesco N’Cikala. L’idée tournait alors autour du thème « La musique française autour de la rumba. »

Ces activités qui ont émaillé le mois de mars soutenu particulièrement par Wallonie-Bruxelles Lubumbashi, ont été essentiellement culturelles. Elles ont donné un espace à la voix de l’artiste du terroir. Au dernier jour, les membres de ce bureau était visiblement comblés d’y être parvenus.

Fidèle Bwirhonde

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Identité Katangaise, Katanga awards

Kazadi Tshinyama, un chef des Bakata-Katanga, arrêté à Lubumbashi

Kazadi Tshinyama a été arrêté à Lubumbashi. Les services de sécurité l'ont présenté au gouverneur du Haut-Katanga, le samedi

Lire plus...

Le choléra tue 3 personnes à Lusenda (Sud-kivu)

Une épidémie de choléra touche depuis le 7 août, le camp de déplacés burundais à Lusenda. C'est dans le

Lire plus...
Eglise catholique RDC, Lubumbashi, Laurent Monsengwo

« Non, le lycée Lubusha n’a pas été vendu » (Archidiocèse de Lubumbashi)

« Des personnes mal intentionnées ont vendu la lycée Lubusha. » La rumeur a fortement circulé depuis plus d'une

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders