La criminalité repart de plus belle à Lubumbashi

In Congo profond
Criminalité, Lubumbashi, Moïse Katumbi

Les tueries n’en finissent pas à Lubumbashi, malgré les discours officiels devenus politiques sur la criminalité. Elle dure pourtant depuis environ deux ans, avec des vols suivis de plus en plus de viols.

Le phénomène est digne d’un film de fiction. Des voleurs arrivent dans certains quartiers de Lubumbashi, avec des listes des responsables des maisons. « Je les ai entendus dire : passons, nous sommes entrés dans cette maison avant », témoigne un homme. Un chef de quartier rapporte, sous le couvert de l’anonymat tant témoigner contre les voleurs est périlleux, que ceux-ci arrivent avec des listes. « Ils vous appellent, et vous leur demandez qui ils sont, ils vous disent « des voleurs » ».

Les soldats parmi les voleurs

C’est ce qui est arrivé le week-end dernier au quartier Espoir, en périphérie sud de la ville de Lubumbashi. Après avoir volé, et tué un jeune homme dans une maison, les voleurs auraient violé 10 femmes, indiquent les habitants du quartier. Le père du jeune homme est toujours à l’hôpital où il soigne un passage à tabac violent. Avec lui son épouse, blessée par balle lors du vol durant la nuit de samedi 9 à dimanche 10 juin 2018.

Cette nuit-là, les voleurs avaient promis qu’ils reviendraient un jour après. C’est fut fait. Ils sont repartis, cette fois, en expédition punitive, parce que les victimes ont parlé aux médias. Les témoignages du genre sont nombreux dans la ville.

Lubumbashi, Gabriel Kyungu
Le gouverneur Célestin Pande au cours d’un meeting contre l’insécurité à Lubumbashi. Photo Eric Cibamba

Pourtant, les services de sécurité, la police principalement, répètent aux autorités nationales que Lubumbashi vit dans le calme. Une semaine avant, le ministre de l’intérieur était dans la ville pour notamment gérer la question sécuritaire devenue préoccupante. Une semaine avant, son vice-ministre était promettait lui aussi d’avoir résolu le problème. Le numéro deux de la police nationale, à l’issue d’une parade de « moralisation », avait fustigé l’implication des policiers dans ces violences.

Criminalité, ou psychose …

Tout le monde le savait déjà à Lubumbashi, en effet. De nombreux récits de vols suivis de violences faisaient état, dans l’audiovisuel local, de la présence d’hommes armés parmi les gangues. Par deux fois, par ailleurs, la police a présenté au gouverneur du Haut-Katanga, Célestin Pande, des personnes présentées comme des candidats armés. Auteurs présumés de la criminalité dans la province. Il avait lui aussi dénoncé la présence de soldats, des policiers et militaires parmi ces personnes.

Mais depuis le récent séjour des autorités nationales dans la ville, le président Joseph Kabila notamment, les discours des officiels ont changé. Ils répètent, y compris le weekend dans une émission qui avait reçu le ministre Mende sur une télévision locale, qu’il n’y a plus d’insécurité. Elles expliquent les cas rapportés dans les médias comme des résultats de la psychose qui a pris la ville. Pourtant, des reporters ont attesté la reprise de la criminalité à Lubumbashi.

CD

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Katanga : 2 miliciens proches de Gédéon Kyungu prêts pour la reddition

Deux miliciens, lieutenants du chef de guerre Gédéon Kyungu Mutanga, ont manifesté l'intention de déposer les armes. Ils n'ont

Lire plus...

Réformer le transport en commun à l’ère d’ Ebola en RDC

Urgence mondiale depuis un mois, la maladie à virus Ebola préoccupe de plus en plus de Congolais. Sur l'ensemble

Lire plus...

Des pressions contre les magistrats en grève à Lubumbashi

Les magistrats du Haut-Katanga poursuivent leur grève. A Lubumbashi, ils n'ont pas une nouvelle fois accédé au palais de

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders