IRDH à Joseph Kabila : « la population ne peut s’accrocher à une situation incertaine »

In Politique
IRDH, Lubumbashi

Le président Joseph Kabila devrait « réconforter le processus électoral », selon l’appel des défenseurs des droits de l’homme de lRDH. L’organisation de défense des droits de l’homme basée à Lubumbashi rappelle au chef de l’Etat qui mobilise ses compatriotes pour les élections, qu’« on s’accroche à un processus certain ».

Une pique de l’ IRDH à la Commission électorale (CENI) mais aussi au gouvernement qui rejettent la résistance de l’opposition. Celle-ci continue de rejeter l’usage de la machine à voter aux prochaines élections. Ou encore, sa demande d’exclure du fichier électoral des électeurs enregistrés sans empreintes digitales ou photos. Des questions sur lesquelles le président Joseph Kabila a gardé silence lors de ses voeux marquant le 58e anniversaire de l’indépendance de la RDC.

Un accord sur la transition en souffrance

Mais l’ONG pense en même temps à l’apaisement recherché par l’Accord sur la transition, signé en 2016. Cet accord prévoie, pour une décrispation politique, la libération des prisonniers politiques (Diomi, Muyambo, notamment). En plus, le retour au pays d’exilés politiques dont Moïse Katumbi, candidat déclaré à la présidence et menacé d’arrestation s’il rentre.

RDC, Joseph Kabila
Le président Joseph Kabila à la tribune de l’ONU en septembre 2017. Capture d’écran.

Prenant au mot le président Kabila qui vient d’appeler à soutenir le processus électoral, l’IRDH lui demande « de rassurer l’alternance politique ». Cette assurance est, poursuit-elle, pour elle, la « pierre angulaire de la démocratie et de l’Etat de droit ».

Or, et les évêques catholiques l’ont souligné la veille de la fête du 30 juin avant le discours présidentiel, le climat politique reste tendu alors que la RDC chemine vers les élections. Autrement dit, l’accord n’a pas encore été suffisamment respecté.

IRDH appelle Joseph Kabila à rassurer sur son départ

D’où l’appel lancé  au président Kabila à « rassurer » sur son départ du pouvoir. D’autant plus qu’au sein du gouvernement congolais, des dirigeants proclament publiquement vouloir gagner de façon démocratique le pouvoir, explique l’ONG. Sur quoi elle demande comment ce même gouvernement préoccupé à conquérir le pouvoir fera pour servir la population. Une autre critique contre le pouvoir !

Bien plus, l’ONG cite les déclarations du secrétaire général du parti présidentiel qui font planer le doute sur l’alternance du pouvoir. Il « harangue des foules, peut-on lire dans le communiqué, les incitant à soutenir une troisième candidature de KABILA à sa propre succession ».

Didier Makal

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Katanga : 2 miliciens proches de Gédéon Kyungu prêts pour la reddition

Deux miliciens, lieutenants du chef de guerre Gédéon Kyungu Mutanga, ont manifesté l'intention de déposer les armes. Ils n'ont

Lire plus...

Réformer le transport en commun à l’ère d’ Ebola en RDC

Urgence mondiale depuis un mois, la maladie à virus Ebola préoccupe de plus en plus de Congolais. Sur l'ensemble

Lire plus...

Des pressions contre les magistrats en grève à Lubumbashi

Les magistrats du Haut-Katanga poursuivent leur grève. A Lubumbashi, ils n'ont pas une nouvelle fois accédé au palais de

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders