Hubert Tshiswaka : « La société civile a failli à sa mission »

In Congo profond
Internet en RDC

Le défenseur des droits de l’homme Hubert Tshiswaka était invité au café de presse de vendredi à Lubumbashi. Il y a présenté son livre « Société civile, partis politiques, gouvernement et l’édification de la démocratique en RDC ».  Il y soutient que « la société civile a failli à sa mission et devrait redresser les tirs ».

L’efficacité du travail des acteurs de la société civile à Lubumbashi et en RDC, de manière générale, est aujourd’hui remise en question. Une première étant donné que la critique vient d’un membre de cette société civile. L’avocat Hubert Tshiswaka, responsable de l’Institut de recherche en droits humains (IRDH) évoque dans son livre la possibilité d’améliorer le travail des organisations de la société civile dont le combat n’aboutit presqu’à rien.

Devant la presse et quelques autres structures de la société civile, l’homme a présenté son analyse partant sur 8 constats dont « la prolifération des organisations de la société civile et le désintéressement à l’intérêt public », P.31. « Comment expliquer cette dichotomie, alors que plus d’organisations impliquerait plus d’actions en faveur des intérêts sociaux ? », s’interroge l’auteur.

N’est-ce pas une échappatoire ?

Les participants à ce café de presse pensent, d’une certaine manière, que l’auteur ce livre, lui-même acteur de la société civile, ne devrait pas pointer du doigt ses semblables. C’est bien évident, que s’il y a de la culpabilité à établir, il n’est pas saint pour en être épargné. « Non, je ne me soustrais pas à mon propre jugement. Non, retorque-t-il. C’est en observant le résultat de nos actions privées et collectives dans la société que j’ai fait cette analyse où je me remets moi-même en question. Nous pouvons mieux faire en privilégiant l’intérêt communautaire. »

Hubert Tshiswaka invite ceux qui se sentent cloîtrés ou exploités à se libérer en faisant de choix nouveaux, indépendants et raisonnables. « Vous les journalistes, lance-t-il à l’assistance, vous êtes soumis à un travail qui vous aliène et vous prive de vos droits. Mais vous continuez à chercher une sortie alors que vous pouvez vous libérer en créant vos propres business ».

Pays aux ressources naturelles nombreuses

La République démocratique du Congo, pays indépendant depuis 58 ans, ne devrait plus continuer à tourner ses regards vers l’extérieur pour ses problèmes. Ses richesses, en effet, évaluées à au moins 24 mille milliards ne valent que guerres et pauvreté à la nation dont l’indice de développement humain est à peine imaginable. C’est anormal, voir un péché. Il faudra qu’on dépasse les promesses, qu’on se mette à l’œuvre.

Que les citoyens, chacun dans ce qu’il fait, s’engage à libérer le pays d’entre les mains qui ne le serbes pas. Les ONGs ne devraient plus continuer à servir les intérêts extérieurs. Les intellectuels ne devraient rester observateurs. Les dirigeants ne devraient plus continuer à compter ce qui ne va pas sans le résoudre.

Le livre « Société civile, partis politiques, gouvernement et l’édification de la démocratique en Rdc » invite la société civile à se démarquer des politiques, à s’identifier comme telle et agir indépendant des bailleurs des fonds qui tendent à dicter la loi.

Fidèle Bwirhonde

You may also read!

Christian Mwando, Moïse Katumbi

Le député Christian Mwando a marché pour le retour de Moïse Katumbi

Hommes et femmes, tous membres de l'Unadef sont descendus dans la rue à Lubumbashi le 6 août, pour réclamer

Lire plus...
Christian Mwando, Moïse Katumbi

Manifestations à Lubumbashi autour du retour de Moïse Katumbi

Lubumbashi a connu, lundi 6 août 2018, une matinée tendue en plusieurs endroits. La police a tiré plusieurs fois

Lire plus...
Lubumbashi, Insécurité, RDC

« Violences policières et abus de droits de l’homme », dénoncent 29 ONG de RDC

Des violences policières ainsi que les abus des droits humains. 29 organisations de la société civile de la RDC

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders