Le nouveau Bemba et la tentation de la Kabila-compatibilité

In Politique
Jean-Pierre Bemba

A Kinshasa, légitimation et popularité convergent vers les foules pour se confondre dans le brouhaha que la politique à la congolaise sait bien nourrir. Drainer des mondes, ça sert à taire des critiques, à invectiver les adversaires, les mécontents, et fonder au final, un leadership. Jean-Pierre Bemba le sait bien, en bon kinois.

Onze sont passés. Le sénateur Bemba libéré par la CPI (Cour pénale internationale) pour des crimes commis par ses troupes en Centrafrique en 2002, séjourne à Kinshasa depuis le 1er août.

Bemba, un retour qui dérange

Mais aussitôt revenu, les maîtres du pays qui n’ont pas changé depuis son exil suivi d’emprisonnement en Europe, lui ont envoyé des signes de fermeté. Dans la capitale, ce retour dérange. Première leçon que l’opposant candidat à la présidentielle comprend bien.

Pas de bain de foule, la mort dans l’âme, mais un accueil « triomphal ». La police avait, par ailleurs, « l’ordre » de ne pas laisser dévier le cortège du chemin tracé. Pas non plus d’accès à sa résidence familiale située dans le périmètre présidentiel dans la commune de Gombe. Bref, Joseph Kabila rappelle à son rival à la présidentielle de 2006 qu’il a ensuite affronté à armes lourdes dans les rues de la capitale, qu’il est toujours là.

Bemba ou Kabila ?

Mais Jean-Pierre Bemba sait aussi que son retour nourrit bien la théorie du complot. Comme quoi, son arrestation aurait servi à éloigner pour Kabila son pire adversaire, le temps d’installer son pouvoir. Un pouvoir, en crise de légitimité depuis l’expiration du mandat présidentiel et de celui du parlement depuis 2016, et qui sait bien ses limites et ses risques si Bemba s’allie avec d’autres opposants politiques pour les élections en vue.

Difficile d’imaginer comme anodines, diverses tentatives de rapprochement du parti de Bemba, le MLC (Mouvement de libération du Congo). Récemment, lors du congrès du parti, un dignitaire du régime y était représenté. Et durant les discussions dans l’accord de la Saint Sylvestre, le MLC avait paru équilibriste, sinon plus ou moins faiseuse de rois.

Depuis 2006, l’eau a pourtant coulé sous le pont. Bemba, il l’a dit dans une interview peu avant son retour, a médité sur ses actions, fixé un nouveau cap. Mais il le sait aussi bien que le pouvoir : ou il compose avec lui, et espérer ainsi repartir pour une nouvelle vie. Ou il se harasse le pouvoir, en tant que leader d’opposition, et lui tombe sur la tête l’épée de Damoclès. Des poursuites judiciaires peuvent toujours démarrer contre lui, en effet, pour des affrontements avec l’armée après la proclamation des résultats de la présidentielle de 2006.

Jean-Pierre Bemba, version Kabila-compatible, ou non ?

Mais le pouvoir courrait alors le risque de se mettre sur le dos en plus de l’affaire Katumbi déjà controversée, une autre analogue. Ce serait servir l’opposition alors que va démarrer la campagne électorale aux allures référendaires : pour ou contre le changement de système en RDC.

On a ainsi d’un côté un pouvoir fragile, limité dans ses manœuvres pour mettre au pas Jean-Pierre Bemba. Et de l’autre, un opposant lui aussi affaibli par des affaires judicaires jaillissant de son passé d’ancien chef de guerre devenu vice-président, et toujours sénateur congolais.

Bemba se fera-t-il une nouvelle vie ? A coup sûr. Mais cela dépend des décisions qu’il prendra désormais qu’il est sur la terre de ses ancêtres, comme il l’annonçait peu avant ce retour « triomphal » dans Kinshasa.

Didier Makal

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Goma: Un nouveau vaccin contre Ebola administré

Le 14 novembre, la riposte lance un nouveau vaccin contre Ebola. Annoncé depuis plusieurs mois, il vient soutenir la

Lire plus...

Politiciens à surveiller : Kabund, Kabuya, Mwilanya, Shadary

Dans les tensions actuelles en RDC, 4 politiciens brillent par des déclarations possiblement inflammables. Ils ne semblent pourtant pas

Lire plus...

Casser et brûler, étonnante citoyenneté congolaise

A Lubumbashi, à Kinshasa ou encore à Goma, beaucoup de Congolais ont une étonnante facilité à casser et brûler.

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders