CENI RDC: le processus électoral s’envenime plus encore

In Politique
CENI RDC

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a recalé le 25 août, 6 des 25 candidats à la présidentielle en RDC. Mais les motifs évoqués laissent parfois perplexe et risquent d’envenimer le processus électoral en cours.

De 6 candidats écartés, trois sont d’anciens premiers ministres : Samy Badibanga, Adolphe Muzito et Antoine Gizenga.

Les motifs d’exclusion

Le premier n’a pas suivi la procédure pour recouvrer sa nationalité congolaise après avoir acquis la nationalité belge. Le suivant se voit écarté pour conflit avec son propre parti, le Parti Lumumbiste unifié qui l’a officiellement exclu et a, par ailleurs, aligné le nonagénaire Antoine Gizenga à cette présidentielle.

Contre l’ancien vice-président Jean-Pierre Bemba, la Céni retient sa condamnation par la CPI pour subornation des témoins. Autres motifs contre les candidats « irrecevables » : manque de preuve de paiement d’une caution électorale de 100.000 dollars pour Ifoku, l’unique femme candidate à la présidentielle, et défaut de nationalité pour Moka Ngolo.

La CENI dans la tourmente

Peu de temps avant la publication de la liste provisoire des candidats retenus à la présidentielle, le délégué du parti de Jean-Pierre Bemba, le MLC, a quitté la plénière de la Céni. Il n’aurait pas accepté que subornation des témoins, infraction qui valu la condamnation à Bemba à la CPI, soit assimilée à de la corruption.

Presqu’au même moment, six candidats de l’opposition à la présidentielle faisaient une déclaration dans laquelle ils dénonçaient les pressions du président Kabila sur la CENI afin d’écarter des opposants de la course.

Le président de la Céni tenu « responsable des conséquences »…

L’opposition l’a dit au président de la Céni, Corneille Nangaa : elle le tient pour responsable des conséquences de l’exclusion d’opposants de la présidentielle sur fond de pressions du pouvoir. On ne sait pas encore comment réagiront les partisans de Jean-Pierre Bemba exclu de la course. Que la publication des listes provisoires à la présidentielle et aux législatives ait eu lieu nuitamment, sans doute permis d’éviter des manifestations.

L’évocation de la nationalité, par ailleurs, va probablement envenimer de plus un processus électoral tendu. Ces exclusions se joignent, en effet, au rejet du fichier électoral, aux critiques sur l’indépendance de la Céni et à l’exclusion du candidat Katumbi.

La surprise c’est aussi quand alors qu’il a refusé de le pousser à la porte lorsque sa nationalité belge a été annoncée alors qu’il était premier ministre, le pouvoir a demandé à la centrale électorale d’écarter Samy Badibanga pour défaut de nationalité. Aussi, le motif de l’exclusion de Gizenga, 92 ans, surprend : défaut de fiches. Puisqu’après le dépôt des candidatures, et c’est aussi de la responsabilité de la CENI, des contrôles ont lieu et un délai de  jours est accordé pour des vérifications et ajouts.

You may also read!

Kipushi ville

Marche pacifique à Kipushi pour réclamer le statut de ville

Des organisations de la société civile, des jeunes ainsi que des ressortissants de Kipushi vivant à Lubumbashi ont marché

Lire plus...
Bemba et Katumbi

Silence pesant de Bemba et Katumbi au sujet de Tshisekedi-Fayulu

Leurs points de vue sont très attendus sur l’élection et l’installation de Félix Tshisekedi comme président de la RDC

Lire plus...
Gabriel Kyungu

Gabriel Kyungu siégera à Lubumbashi à l’assemblée provinciale

Gabriel Kyungu wa Kumwanza, élu à la députation nationale et en même temps au parlement provincial à Lubumbashi, a

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders