Mende : Pourquoi on doit écarter Kabila [de la présidentielle] et maintenir les autres?

In Actualités, Politique
Joseph Kabila, démocratie, alternance

C’est loin d’être un simple lapsus, pour le ministre porte-parole du gouvernement, Lambert Mende. Dans une réaction au récent ultimatum des opposants politiques réunis mercredi à Bruxelles, il laisse entendre clairement que le président Kabila, qui n’est pas candidat à la présidentielle, s’y est vraiment préparé. Ce qui contraste avec les hommages que lui rendent, dans les grandes villes, ses proches qui le présentent dorénavant comme “le père de la démocratie congolaise”.

C’est le site Actualité.cd qui a contacté Lambert Mende qui en rapporte les propos. Il trouve curieux que les opposants comprennent le processus électoral comme inclusif que quand c’est à l’avantage d’un d’entre eux et pas le président Kabila.

Kabila, « le pere de la démocratie congolaise »

Or, laisse-t-il entendre en parlant de ceux qui luttent pour l’autodétermination quant au nombre de mandat présidentiel, il estime qu’on refuse toute “inclusivité”. Là, explique le ministre, “on nous brandit la légalité, le respect de la constitution. Souvenez-vous, le président Kabila ne devrait pas se présenter aux élections parce que la constitution le lui interdit. On n’a pas parlé inclusivité, là on a parlé de constitutionnalité et de légalité”.

Mende se livre, là dessus, à une rhétorique qui ne cache pas que le président Kabila a été contraint de ne pas se représenter pour un 3e mandat. Ce que, pourtant, la majorité présidentielle tend à nier. A la place depuis la désignation d’un dauphin en août, Emmanuel Shadary, apparaissent dans les médias et sur des pancartes, des discours le présentant comme “le père de la démocratie congolaise”.

Pourquoi écarter Kabila?

On entend, notamment sur la RTNC, l’audiovisuel public, “il l’a dit, il l’a fait”. Un slogan se référant à la promesse faite dans plusieurs discours, de respecter la Constitution de la RDC.

Mende semble, par ailleurs, mesurer le caractère inclusif du processus électoral au fait que Kabila n’y participe pas. “Si on doit parler inclusivité, pourquoi est-ce que Kabila n’est pas admis à être candidat pour un autre mandat, pourquoi on doit écarter Kabila et maintenir les autres, c’est de la manipulation », a réagi Lambert Mende sur Actualité.cd.

You may also read!

Céni Lubumbashi, RDC

La Céni n’est pas capable d’organiser les élections le 23 décembre

Pas d’élections le 23 décembre 2018 en RDC. La Céni, Commission électorale, l’a annoncé aux candidats à la présidentielle

Lire plus...
RDC, Campagne électorale rdc, Machine à voter, Lubumbashi

De « graves irrégularités » dans la campagne électorale en RDC

L’ONG IRDH (Institut de recherches en Droits humains) lance une nouvelle alerte sur les élections en RDC. Elle pointe

Lire plus...
Ceni, RDC, Kinshasa

Cacophonie à Kinshasa et risque de fin violente de campagne électorale

C’est la cacophonie qui règne à Kinshasa, peu de temps seulement après l’annonce par le gouverneur Kimbuta de la

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders