Le Festival Rumba parade 5e édition fêté à Lubumbashi

In Congo profond
Festival Rumba parade

Depuis 5 ans, la rumba congolaise se célèbre autrement en RDC, se hissant au meilleur de son renom. C’est le fruit de la lutte pour son inscription au patrimoine de l’humanité de l’Unesco. Ses initiateurs espèrent ainsi voir ce genre musical ouvrir une nouvelle page de son histoire.

« C’est presqu’acquis », promettent les organisateurs du festival Rumba parade. La fédération Wallonie-Bruxelles en RDC milite pour la reconnaissance internationale de la rumba congolaise. L’idée de la faire connaître comme richesse culturelle des peuples et du monde. Démarche que la fédération mène avec l’Institut des beaux-arts de Kinshasa et d’autres partenaires encore. En attendant la constitution du dossier à adresser à l’Unesco, la musique congolaise se célèbre à l’intérieur du pays. Lubumbashi vient juste, début octobre, de célébrer  sa 5e édition.

Cette nouvelle édition a connu deux moments importants : un colloque où des regards scientifiques ont porté sur la culture musicale congolaise. Et une série de concerts qui a croisé la rumba congolaise et d’autres styles musicaux pour une célébration populaire.

Lire aussi « Lubumbashi : Wallonie-Bruxelles clôture mars 2018 en musique »

Mais pourquoi autant de lutte pour la rumba ?

Cette aventure dure depuis 5 ans. Selon Kathryn Brahy, déléguée générale de Wallonie-Bruxelles en RDC, « l’idée est de faire inscrire la rumba congolaise à sa place, au patrimoine mondial de l’Unesco. Une lutte qui se poursuit deux ans après l’inscription de la rumba comme patrimoine national ».

Le dossier de cette candidature, ajoute-t-elle, « doit être déposé au mois de mars (2019) ». Mais avant la fin de l’année, la rumba doit être « véritable fête populaire, bénéficiant d’un soutien et d’une célébration du peuple congolais. » L’organisation d’un colloque autour de la rumba a été l’occasion pour les scientifiques de soutenir l’idéologie de ce festival. Le genre a déjà, en effet, suscité d’intéressantes études au niveau des universités, à Kinshasa et à Lubumbashi, notamment des études des langues. Mais la musique reste un véhicule incontesté des cultures et de changements majeurs aussi bien à Kinshasa qu’ailleurs au Congo.

Rumba rdc festival
Clôture du festival Rumba parade, 5e édition à Lubumbashi (2018). Photo Fidèle Bwirhonde

Qu’y gagnera l’artiste ?

Ainsi élevée et revalorisée, la musique congolaise sera capable d’être « un réel secteur de développement surtout économique et pourvoyeur d’emplois », assure Kathryn. Mais l’artiste congolais ordinaire ne le voit pas encore du même œil. Difficile pour lui de vivre de sa musique aujourd’hui et la démarche actuelle ne changera rien, craignent les musicologues. Puisqu’elle se consomme encore gratuitement tant le pouvoir d’achat de nombreux congolais reste faible, et le piratage est important.

Mais l’écrivain et professeur à l’Université de Lubumbashi Huit Mulongo ne partage pas entièrement cette lecture. Vantant les bénéfices de l’inscription de la rumba congolaise au patrimoine de l’humanité, il soutient que tout le monde a à y gagner. « La grandeur d’un Etat correspond à la grandeur de sa culture. L’Unesco, faisant partie des Nations-Unies, donne de la valeur à la rumba congolaise, en la reconnaissant. Ainsi les nations auront restitué au peuple (congolais) sa culture, son importance ». Et comme gain, c’est important de ce point de vue, considère l’universitaire.

Fidèle Bwirhonde

You may also read!

CENI RDC

Céni RDC: Nangaa a énervé les candidats à la présidentielle

Ce sera peut-être la dernière, si la mésentente persiste entre la centrale électorale congolaise, la Céni, et les candidats

Lire plus...
Denis Mukwege

Fierté congolaise : Mukwege Prix Nobel de la paix 2018

Son nom était cité, depuis le jeudi soir sur les réseaux sociaux, pour le Prix Nobel de la paix

Lire plus...
Mwandwe, Kasenga, Haut-Katanga

Député Mwandwe : attirés par l’argent, des « députés viendront somnoler à l’assemblée »

L'assemblée du Haut-Katanga aura globalement bien fonctionné depuis sa création, en 2015, de l'avis du député Mwandwe, élu de

Lire plus...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders