Ngoy Mulunda : consensus et dialogue, unique voie pour préserver la paix en RDC

In Politique
Pasteur Daniel Ngoy Mulunda

« Le chemin des élections est bien balisé. Mais l’unique voie pour préserver l’unité et la paix après les élections dont la contestation est déjà préparée en amont, c’est le CONSENSUS et le DIALOGUE ». Les mots du pasteur Daniel Ngoy Mulunda, sur son compte Twitter.

Ce membre de la plateforme « Le centre », plus active pour une entente entre politiques la veille de l’accélération du processus électoral en cours, revient donc à la charge.

S’il note que la contestation des résultats des élections de décembre prochain est certaine, Daniel Ngoy Mulunda pense néanmoins que cela peut être évité dès à présent. Par le dialogue entre opposition et pouvoir, alors vu comme l’unique « issue salutaire pour notre pays. »

Dialoguer pour décrisper le climat politique

Fin septembre, une délégation des membres du Conseil de sécurité de l’ONU a également recommandé le dialogue en vue d’éviter des violences ou une crise majeure après les élections. Mais jusqu’ici, le pouvoir a écarté cette éventualité. « Le processus électoral est irréversible » à ce jour, annonçait à l’ONU le président Kabila lors de son ultime discours en tant que chef de l’État.

Mais s’il insiste sur l’entente entre pouvoir et opposition, Ngoy Mulunda qui a organisé la présidentielle controversée de 2011, sait peut-être à quel point des élections controversées ont des conséquences à long terme.

Pas d’entente comme en 2011

Étienne Tshisekedi a continué à revendiquer la victoire face à Joseph Kabila, fragilisant ainsi la cohésion nécessaire pour toute gouvernance.

« Mon souci, c’est l’unité et la cohésion nationale. Ma grande préoccupation est la paix avant pendant et après les élections », explique Daniel Ngoy Mulunda dans un autre tweet. Il répondait ainsi à un internaute qui lui demandait pourquoi alors aller à des élections connues contestables à l’avance.

Aujourd’hui, tout donne à croire que les élections déboucheront sur une nouvelle crise. Peut-être plus grave encore que celles qui ont précédé. L’opposition, en effet, continue à dénoncer un processus non transparent. Notamment au sujet de la révision du fichier électoral et de l’utilisation de la machine à voter.

Seulement, Mulunda semble bien placé pour comprend ce que veut dire un processus électoral devenu irréversible. Ma veille de la présidentielle de 2011, alors président de la Céni, il avait refusé l’idée d’un report. Pourtant, ceux qui le lui demandaient souhaitaient que les scrutins fussent mieux préparés.

You may also read!

Céni Lubumbashi, RDC

Timides consultations des listes des électeurs à Lubumbashi

Pas du tout d’engouement des futurs électeurs dans les centres où la Céni (Commission électorale nationale indépendante) les a

Lire plus...

Martin Fayulu : « Nous allons reprogrammer le meeting de Lubumbashi »

Après l'interdiction de son meeting à Lubumbashi le week-end dernier, l’oppodition entend revenir à la charge avec un autre.

Lire plus...
Festival Rumba parade

Le Festival Rumba parade 5e édition fêté à Lubumbashi

Depuis 5 ans, la rumba congolaise se célèbre autrement en RDC, se hissant au meilleur de son renom. C’est

Lire plus...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders