Confusion autour de la machine à voter en RDC à 2 semaines des élections

In Politique
RDC, Campagne électorale rdc, Machine à voter, Lubumbashi

Prévu pour  le  23  Décembre  2018, les  élections  en  RDC  ont  une   particularité  technique : « la  machine  à voter ». A deux semaines des scrutins, elle continue pourtant de susciter des controverses.

Un  outil  informatique  vu  comme  une évolution  technologique  par le pouvoir et la Commission électoral (Cénià) qui soutiennent son utilisation. Elle énerve pourtant à l’opposition, même si désormais, une partie de celle-ci ne s’y oppose plus : le camp du candidat à la présidentielle Félix Tshisekedi.

Surnommée « Machine  à  tricher », elle reste rejetée par le camp du candidat Martin Fayulu toutefois en campagne électorale. Présentement en tournée dans les Kivu, Fayulu continue d’appeler aux votes avec bulletins papiers. Ce qui, jusqu’ici, semble impossible.

Machine  à  voter, machine-imprimante

La Céni maintient dans ses explications que la machine à voter n’introduit pas un vote électronique, interdit par la loi électorale pour les scrutins en cours. Selon  Mimi  Fabienne  Mukulumoya,  secrétaire  provinciale  de  la  Céni dans le  Haut-Katanga,  l’outil proposé   dans  le  processus  électoral  est  une  imprimante.

« La  machine  à  voter permet  de  voter  rapidement  en  une  seule  fois,  c’ad  vous  prenez  votre  bulletin  de  vote  vierge, vous  l’introduisez  dans  la  machine ,puis  sélectionner  votre  candidat à voter   pour  la  présidence   législatives  et  provinciales », explique-t-elle. Tout ça est déjà expliqué, et largement débattu en RDC depuis plusieurs mois.

Confusion                

A Lubumbashi, des leaders de la société civile constatent des discours de nature à alourdi la confusion déjà en cours sur l’attitude de l’électeur. Aller voter ou boycotter ? L’opposition, le camp de Fayulu présidèrent qui réclame des bulletins imprimés, appelle au vote. Mais à une à la seule condition de ne pas utiliser la machine à voter qui violerait la Constitution, selon lui.

Pour  l’avocat Kalwa, porte-parole  du  cadre  de  Concertation  de la société civile du Haut-Katanga, les  politiques  détournent  l’attention  du  peuple. « Machine à  voter  ou  à  voler,  d’essentielle  c’est  l’alternance, Il  est  donc  important pour  nous  d’aller  aux  élections », explique-t-il

Eric  Cibamba

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Glencore, Cobalt

A Lonshi, la Zambie tente d’empiéter sur le territoire de la RDC

A Lonshi, dans le territoire de Sakania, la ppmice zambienne entre sur le territoire congolais lors de leurs opérations

Lire plus...

Haut-Katanga : les Commissaires spéciaux reprennent du service

Dans la province du Haut-Katanga, les Commissaires spéciaux reprennent du service. Mardi, au cours d’un conseil provincial des ministres,

Lire plus...
Élongation de petites lèvres

Ex-Katanga : Élongation de petites lèvres ou éloge du plaisir masculin?

Les mutilations sexuelles constituent, certes, un phénomène rare en République démocratique du Congo. Si les médias ainsi que les

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders