De « graves irrégularités » dans la campagne électorale en RDC

In Politique
RDC, Campagne électorale rdc, Machine à voter, Lubumbashi

L’ONG IRDH (Institut de recherches en Droits humains) lance une nouvelle alerte sur les élections en RDC. Elle pointe de « graves irrégularités dans la campagne électorale susceptibles de constituer la fraude électorale. »

« L’opinion publique sait que la fraude électorale peut avoir lieu » au cours des élections prévues au 23 décembre, indique le rapport de l’ONG du 20 décembre. Pour elle, le fait que ces « irrégularités » restent impunies risque de compromettre les élections en RDC.

Campagnes électorales entravées en RDC

L’ IRDH en énumère 4 qu’elle estime « graves », vu leur caractère « illégal ». Elle cite l’entrave à la campagne électorale des candidats de l’opposition par des autorités établies. Elle cite les meetings de l’opposant Martin Fayulu empêchés à Lubumbashi et à Kinshasa.

Le 19 décembre, le gouverneur de Kinshasa, André Kimbuta, a suspendu tout meeting de campagne électorale. Il redoute, d’après un document diffusé dans les médias, des violences entre les partisans de principaux candidats à la présidentielle. L’opposant Fayulu qui devait rencontrer ses militants dans la capitale n’a pu aller vers eux, ayant été longtemps bloqué sur la route vers Matadi.

Dans la soirée, le même jour, l’ONG ACAAJ (Association pour l’accès à la justice) pointait le caractère illégal de la décision de Kimbuta.

Abus des moyens publics, violences, extorsion

L’ IRDH dénonce aussi « l’usage abusif des moyens » publics par le camp au pouvoir. Il cite les médias publics et le personnel de l’Etat, mobilisés aux fins de campagne. Il note aussi la « violence et l’incitation à la violence contre des adversaires politiques ». Référence faite au meeting de Fayulu interdit une semaine avant à Lubumbashi.

Sont aussi mis en cause, des propos du gouverneur Célestin Pande au cours d’une réunion. « Comment des jeunes d’un parti peuvent scander le nom de leur leader et vous ne faites rien ? […] Il faut les en empêcher ! » aurait dit le gouverneur aux jeunes qu’il avait réunis. Propos toutefois estimés détournés de leur contexte, ont annoncé des proches du gouverneur.

Enfin, l’ONG interpelle la Commission électorale sur des risques de fraudes. Elle cite l’acquisition des cartes ou photocopies des cartes d’électeurs « par extorsion, corruption et ruse« . Ces pratiques viseraient à « tricher en se fondant sur le dernier alinéa de l’article 59 de la loi électorale de 2011 », explique le rapport. Cette loi, mentionne le rapport, « permet d’être admis à la catégorie de votants par dérogation, les électeurs identifiés par la CENI, au moins quinze jours avant le début du scrutin. »

Pour cela, l’ONG invite la Céni à agir de façon à décourager toute tentative de fraude par ce moyen ou par un autre possible.

You may also read!

Lubumbashi, Campagne électorale, Fayulu

Plus de meeting de campagnes autorisées à Kinshasa

C’est fini, les rencontres publiques à Kinshasa dans le cadre de la campagne électorale. Ainsi en a décidé, mardi

Lire plus...
Lubumbashi, Campagne électorale, Fayulu

Après Kindu, Lubumbashi : la campagne électorale prend une allure violente en RDC

Après Kindu, un autre meeting interdit au candidat de l’opposition Martin Fayulu. Cette fois, à Lubumbashi, le mardi 12

Lire plus...
RDC, Campagne électorale rdc, Machine à voter, Lubumbashi

Confusion autour de la machine à voter en RDC à 2 semaines des élections

Prévu pour  le  23  Décembre  2018, les  élections  en  RDC  ont  une   particularité  technique : « la  machine  à voter ». A

Lire plus...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders