« The Maize day » ou le festival du maïs à Lubumbashi

In Environnement
Maïs, Lubumbashi, Day of Maize

C’est une aventure devenue vie. La Day of maize, ou Journée du maïs, va rassembler ses amateurs le 30 mars prochain à Lubumbashi. Objectif : révéler au monde immédiat et lointain toutes les possibilités de consommer ce produit agricole au-delà des spécialités traditionnellement connues. C’est aussi l’occasion de revaloriser cette plante qui nourrit le Katanga depuis des décennies. Car pour le peuple Katangais, cette céréale est source de boisson et d’aliment.

L’événement est à sa 4e édition successive. A l’origine, les jeunes initiateurs du projet ne pensaient qu’à l’écoulement des maïs produits de leur ferme. Puis a germé l’idée d’un festival dédié au maïs et à toutes les déclinaisons culinaires qui l’entourent ici et ailleurs.

Mais pourquoi ne valoriser que le maïs ?

Les porteurs de ce festival expliquent avoir choisi cette céréale « parce qu’il est cultivé partout et consommé par tous. Aussi, le maïs est le produit agricole de base dans notre province (Haut-Katanga) et mérite pareille mise en valeur. Et malgré son omniprésence, le maïs n’est pas un produit ordinaire ».

En effet, quoique cultivé presque partout dans l’ex-Katanga, la demande en maïs surplombe encore l’offre et les variantes de ses formes de consommation sont limitées. D’où la nécessité d’innover non seulement pour booster les investissements dans la production du très cher maïs mais aussi inciter à la rencontre d’autres variétés culinaires et plats exotiques.

Lire aussi Katanga: petits agriculteurs, grands producteurs de maïs

Un festival pour revigorer la culture locale

Dans cette perspective s’inscrivent les mille et une énergies investies par les initiateurs de la journée du maïs dont l’engouement donne à croire que ce produit devrait bénéficier de plus d’attention publique. Ce festival voudrait appeler à en finir avec les importations de cultures culinaires étrangères. En valorisant par exemple, les productions locales et inversement en vue de promouvoir la cohabitation culturelle.

C’est ce qu’envisagent les organisateurs qui ciblent « la jeunesse, les professionnels d’entreprises comme acteurs directs et indirects du secteur du maïs, les chercheurs et libres penseurs, … ». C’est là que ce festival offre l’opportunité de goûter à des variétés insoupçonnées.

« Certains préfèrent les plats exotiques à cause de la routine qui entoure la consommation du maïs. Ainsi présenter des plats variés à base du maïs redynamiserait la vie de ce produit dans le quotidien des consommateurs », expliquent les organisateurs. L’événement sera aussi une école pour qui voudrait en savoir davantage sur les multiples facettes de la transformation culinaire du maïs.

Le potentiel du maïs dans le Katanga

Le message de cette quatrième édition de la journée du maïs devenue une affaire de tout le monde sera « d’inviter les Katangaises et Katangais à prendre conscience du potentiel du maïs et de découvrir les diversités autour desquelles peut se décline ce produit des champs Katangais tant dans sa transformation que dans sa consommation. »

Le rendez-vous est donc pris. Le samedi 30 mars 2019, la Day of maize va arrêter le temps à Lubumbashi. De la bière locale au très cher foufou tant raffolé, les passionnés des sensations spéciales seront bien servis dans une ambiance électrique et électrisante. Des détentes, échange, rencontre et découverte vous attendent avec des surprises qui vous feront revenir. Hâtez-vous, les billets d’accès sont en vente !

Fidèle Bwirhonde

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

La chute du cobalt fait chuter Mutanda mining dans le Lualaba

La société minière Mutanda Mining (Mumi), appartenant à Glencore, traverse des moments difficiles. Elle annonce ne plus faire de

Lire plus...
Hubert Tshiswaka

Hubert Tshiswaka: « Les jeunes doivent participer au changement »

Au forum sur l’autonomisation des jeunes Congolais, le défenseur des droits de l’homme Hubert Tshiswaka a invité les jeunes

Lire plus...
Patrick Muyaya

Patrick Muyaya : « Il faut que les Congolais cessent d’être un problème pour eux-mêmes »

Les jeunes des villes congolaises sont des « privilégiés ». Et pour cela, ils ont le devoir d’agir pour les autres

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders