Assassinat de LD Kabila : l’Asadho réclame la grâce pour Eddy Kapend

In Actualités, Politique
Laurent-Désiré Kabila

Assassiné lâchement dans son bureau du Palais de Marbre un certain 16 janvier 2000 à Kinshasa, le soldat du peuple Laurent-Désiré Kabila aura réalisé, après plus de quatre décennies de lutte, exactement deux ans et huit mois de règne en RDC, avant d’aller rejoindre son mentor P.E. Lumumba dans l’au-delà. Une mort inattendue qui va plonger le Congo-Zaïre dans une situation d’impasse, et les espoirs retrouvés par des congolais dans une débâcle totale sans précédent.

Du coup des arrestations vont s’en suivre entre autres, celle de son frère, le Patron de la sécurité du feu Président, le Colonel Eddy Kapend et consorts. A la suite des différents procès qui, pour les observateurs et analystes des questions politiques en RDC, n’avaient pas vidés toute la substance, les présumés assassins de Mzee seront condamnés et détenus à la prison centrale de Makala dans la capitale.

L’évolution politique en RDC au fil des années et ce, au regard de la crise préélectorale liée à lutte contre le probable troisième mandat de Joseph Kabila, des mesures de décrispation du climat politique ont été mis en place. Des politiques amnistiés, des mesures de grâce présidentielle prise en faveur des prisonniers politiques. Malheureusement Eddy Kapend et sa suite seront classés dans les oubliettes alors qu’ils sont à leur 19ème année de détention. Voilà qui justifie la motivation de la marche organisée par l’Association Africaine de Défense des Droits de l’homme « Asadho » afin de réclamer leurs libérations.

La grâce présidentielle pour Eddy Kapend

La marche organisée le mardi 11 juin 2019 à Kinshasa par l’Asadho, à laquelle se sont joint les membres des familles biologiques des concernés, des activistes de la société civile et des centaines des personnes ayant trouvé noble la démarche de cette association, est un signal très fort.

Si pour son Président National Me Jean Claude Katende, cette marche avez pour objectif de réclamer la libération de l’ex patron de la sécurité présidentielle, le colonel Eddy Kapend et consorts détenus depuis 19 ans, la réalité non apparente est le fait que depuis plusieurs décennies aucune organisation de la société civile n’a réussi à organiser une marche pacifique à Kinshasa et qui a connu l’adhésion volontaire d’une frange de la population. Une démonstration de la société civile de la République Démocratique du Congo qui commence à reprendre la main en mobilisant les kinois autour des grandes causes.

Ce ballon d’essai vaut son pesant d’or et doit être capitalisé par la société civile dans son aspect pluriel. En effet, désormais on peut compter avec elle au lieu de laisser l’espace de revendication seulement aux groupements politiques au pouvoir comme à ceux de l’opposition, qui ne visent que leurs intérêts égoïstes.

L’unité de la société civile pour des grandes causes de la république, une nécessité

Avec l’avènement du 5ème Président de la RDC, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, la société civile plurielle doit repenser sur sa méthodologie dans la manière de mener des actions dans le pays. En effet, les nouvelles autorités qui prônent un Etat de Droits et une justice équitable pour tous, attendent de la société civile du pays l’appropriation de cette nouvelle vision dans tous les secteurs de la vie nationale.

Au lieu que chaque structure reste dans son coin, il est plus que temps pour que toutes les associations se mettent ensemble par secteur d’activité, afin de constituer une force bien pondérée autour des grandes questions de la vie sociale. Ce qui sera un contre poids contre les alliances politiques nuisibles au bien être des congolais et permettra de demander des comptes aux animateurs de toutes les institutions de la république, le cas échéant d’exiger leurs révocations en cas des mauvaises gouvernances avérées.

La société civile dans sa diversité doit être un vecteur de transparence de la gestion de la chose publique pouvant permettre au gouvernement de bien cibler, orienter et mener des actions d’intérêt national. Elle doit avoir un nouveau regard sur le pays à cause de l’ouverture que font montre les nouvelles autorités et aussi convaincre leurs partenaires extérieurs à revisiter leurs programmes dans les soucis d’appuyer la concrétisation des objectifs du développement durable d’ici 2030.

En tout état de cause, l’Asadho a déjà sonné la trompette par l’organisation de la récente marche à laquelle les participants d’une part et la police nationale congolaise de l’autre, ont montré leur sens élevé du patriotisme du début jusqu’à la fin de la manifestation, aucun incident même mineur a été signalé.

Gilbert Kyungu

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Fraude douanière, Taxes, Katanga

RDC : Indépendance dans une économie aux mains d’étrangers ?

La RDC, un pays indépendant. Mais seulement sur le plan politique, et il faut en plus le démontrer. Du

Lire plus...
Photographie, presse

Responsabilité sociale des journalistes, l’initiative de l’Unpc dans le Katanga

L'union nationale de la presse du Congo a clôturé son atelier de formation des journalistes à Lubumbashi. Il s'agissait

Lire plus...

Le calme à Lubumbashi, au lendemain des marches contre l’Afrique du Sud

Un vendredi plus calme que la veille à Lubumbashi. La police était visible à plusieurs endroits de la ville,

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders