Anniversaire de la sécession du Katanga : sécurité renforcée à Lubumbashi

In Congo profond
Moïse Chombe, Moïse Tshombe

Sécurité renforcée le 11 juillet à Lubumbashi, dans le Haut-Katanga. L’armée et la police, qui assurent des patrouilles mixtes depuis des semaines, étaient plus visibles à des points sensibles de la capitale de l’ancien Katanga. C’était l’anniversaire de la sécession du Katanga.

Ce sont des patrouilles censées contribuer au retour de la tranquillité dans Lubumbashi et les environs, secoués par une criminalité persistante, des vols accompagnés de viols et tueries depuis pratiquement 2016.

Insécurité persistence à Lubumbashi 

A la suite de la visite du président Félix Tshisekedi, alors que les habitants de Lubumbashi s’étaient levés pour dénoncer ces violences, le haut conseil de la défense avait décidé d’ainsi renforcer la sécurité.

Mais ce n’est pas ce qui explique la sécurité renforcée le 11 juillet. Il y a 59 ans Moïse Chombe, alors gouverneur de province, proclamait la République indépendante du Katanga. Il en devenait le président. La cession ainsi proclamée, 11 jours seulement après l’indépendance de l’ancien Congo belge, déclenchait des hostilités entre le Katanga et Kinshasa, resté la capitale de la RDC. Le président Kasa  Vubu ainsi que son premier ministre Patrice Lumumba en avaient même appelé à l’ONU pour lutter contre la « rébellion » qui avait ainsi éclaté dans le Katanga. Elle dura une année avant d’en finir, au termes de négociations et combats sur le terrain.

Les may-may sur la sécession du Katanga

Les velléités indépendantistes demeurent dans l’ancien Katanga, malgré le temps passé. Le découpage territorial de 2015, censé faciliter une libre administration dans le cadre de la décentralisation, avait découpé l’ancien Katanga en 4 nouvelles provinces. Les anciens districts sont devenus ainsi des provinces. 

Des revendications des indépendantistes circulent depuis la criminalité renforcée jusqu’à avril-mai 2019. Sur les réseaux sociaux, des tracts ont circulé annonçant parfois leur promesse de faire leur entrée dans Lubumbashi. 

Mi-juin 2019, les services de sécurité ont arrêté, d’après l’Union de la jeunesse du Katanga, le président de la jeunesse. L’UJK pense qu’il lui est reproché d’être de mèche avec les indépendantistes Kata-Katanga.

Depuis les incursions spectaculaires Bakata Katanga de 2008 et 2011 notamment, la sécurité est chaque année renforcée autour du 11 juillet. Le pouvoir de Joseph Kabila n’a pas réussi de démanteler la milice May-May. Elle s’est installée dans le Nord de l’ancien Katanga, et parfois est située jusqu’à près de Lubumbashi. 

Cette milice, née en tant que mouvement d’auto-défense populaire pour contrer l’avancée d’anciens alliés de Laurent-Désiré Kabila, avait été armée par ce dernier. 

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Likasi, prison de Buluo

Likasi, Buluo : les autorités réagissent aux conditions exécrables des prisonniers

Les autorités du Haut-Katanga ont réagi, samedi 23 mai 2020 à l'alerte sur les conditions de vie exécrables des

Lire plus...
Jacques Kyabula

Jacques Kyabula, après avoir pleuré le jeune Smith à Lubumbashi

L'image reste pleine de sens et d'émotions. Jacques Kyabula Katwe, gouverneur du Haut-Katanga, regardant entre ses mains une photo

Lire plus...
Insécurité à Kolwezi

Insécurité à Kolwezi : A quand le changement des commandants de la police et de l’armée?

Les députés nationaux du Lualaba, dans le Sud-ouest de l'ex-Katanga, n'y vont pas d'une main mole pour dénoncer l'insécurité.

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders