« Lamuka va continuer à exister » malgré les départs (Jeff Mudimbi)

In Actualités
Félix Tshisekedi, Lamuka

Freddy Matungulu, un des ténors de la coalition de l’opposition, vient d’être nommé par Félix Tshisekedi à l’administration de la Banque Africaine de Développement (BAD). C’est un changement de camp qui fait parler de lui, étant donné des positions divergentes au sein de la plateforme Lamuka qu’il vient de quitter en acceptant l’offre du nouveau président. 

Le recours aux services de Freddy Matungulu donne à croire que le président Félix Tshisekedi veut faire imploser l’opposition. Voilà qui suscite déjà, depuis jeudi soir, de nombreux commentaires et sur l’insconstance de certains opposants et sur le risque d’éclatement de la coalition Lamuka. Le président l’avait quittée, on se rappelle, trois jours seulement après sa création, en décembre 2018. Il formait alors avec Vital Kamerhe, et d’autres leaders qui les avaient rejoints, le Cap pour le changement (Cach).

Le pessimisme à la congolaise

Les questions à la suite de cette nomination remettent à la surface ce pessimisme des Congolais. Certains, sur les réseaux sociaux notamment, se montrent déçus et trahis par leurs leaders politiques. Puisqu’avant Matungulu, c’est Mbusa Nyamwisi qui a lui aussi quitté Lamuka pour soutenir l’actuel président. Celui-ci a facilité son retour de l’exil, ainsi que celui d’autres opposants dont Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba.

« Le président Félix vient à peine de quitter l’opposition et connaît bien ses amis, il sait donc comment se servir d’eux. Mais c’est aussi sa stratégie pour s’approprier les leaders opposants qui tentent de lui compliquer la tâche », pense Jean Kongolo, habitant de Lubumbashi.

On croirait ainsi, que certains Congolais ne s’imaginent pas des opposants travailler avec le nouveau pouvoir. Ainsi, la rapidité avec laquelle Freddy Matungulu a annoncé son retrait de Lamuka, tend à signifier pour certains, une lassitude de rester dans l’opposition. Pourquoi donc des Congolais sont-ils gênés par cette éventualité de rapprochement entre opposition et Félix Tshisekedi?

Et l’avenir de Lamuka ?

La raison semble, à lire certains internautes, le risque pour le nouveau pouvoir de se retrouver sans vraie opposition. Puisque dans Lamuka, Katumbi s’est montré plus conciliant. Il entend mener une opposition « républicaine », pour dire à peu près, moins non radicale. Ce qui contraste avec la position de Martin Fayulu. Donné 2e à la dernière présidentielle par la CENI et la Cour constitutionnelle, il continue à demander la vérité des urnes. Quant à Jean-Pierre Bemba, il se montre peu bavard sur le sujet. Le 24 juillet, ces leaders de Lamuka devraient tenir une réunion à Lubumbashi. Est attendue à l’issue de la rencontre, une position claire sur de la plateforme vis-à-vis du nouveau régime.

Les Katumbistes n’hésitent pas : Tshisekedi est « frère »

C’est à ce niveau que certaines analyses redoutent la fin de Lamuka. C’est à se rappeler le départ très rapide de Kyungu Wa-Kumwanza, avant Mbusa Namwisi. 

Le professeur Jeff Mudimbi, politologue de l’Université de Lubumbashi, croit que la nomination de Freddy Matungulu est plutôt une stratégie « d’affaiblir le FCC (de Kabila). C’est aussi une façon de rapprocher Lamuka pour renforcer CASH (au pouvoir) et ainsi peser plus dans la prise de certaines décisions. Et d’ajouter, Lamuka va continuer à exister, mais CASH va aussi essayer d’en faire un allié ».

A la fin de tout, si la RDC peut s’en sortir plus forte et plus unie, plus démocratique et plus souveraine, alors c’est le congolais qui est gagnant.

Fidèle Bwirhonde

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Félix Tshisekedi

FCC de Kabila versus AFDC de Lukwebo : ça pourrait profiter à Félix Tshisekedi

Entre l’Alliance des forces démocratiques du Congo et ses alliés (AFDC-A) et le Front commun pour le Congo (FCC),

Lire plus...
Lubumbashi, Insécurité, RDC

Les séparatistes Bakata-Katanga étaient aux portes de Lubumbashi le 11 juillet

Au moins 1 soldat, indiquent des sources non-officielles, a péri dans une incursion des indépendantistes Bakata-Katanga en périphérie Est

Lire plus...
Moïse Chombe, Moïse Tshombe

Anniversaire de la sécession du Katanga : sécurité renforcée à Lubumbashi

Sécurité renforcée le 11 juillet à Lubumbashi, dans le Haut-Katanga. L'armée et la police, qui assurent des patrouilles mixtes

Lire plus...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders