« Il faut un code de l’eau en RDC » en prévision à des tensions (Jean-Pierre Djibu)

In Environnement
Eau

17 pays abritant ¼ de la population mondiale souffriraient d’un stress hydrique. C’est le constat du World Ressources Institute dans son rapport 2019. Il alerte quant à la baisse de la quantité d’eau disponible sur la planète. En RDC, pays encore bien drainé par de nombreux cours d’eau, le problème ne se pose pas en ces termes, certes. Mais, et c’est l’avis du climatologue Jean-Pierre Djibu, le pays devrait adopter des politiques publiques plus  déficientes sur l’eau.

Selon le rapport de World ressources institute, « Il existe des tendances indéniablement inquiétantes dans le domaine de l’eau [dans le monde, Ndlr]. Mais en prenant des mesures dès maintenant et en investissant dans une meilleure gestion », indique-t-il, les États peuvent résoudre le problème de carence d’eau sur la terre.

Un code de l’eau en RDC

Selon le climatologue Jean-Pierre Djibu, professeur à l’Université de Lubumbashi, la RDC a besoin de 4 éléments pour éviter de faire face à une situation de crise d’eau. 

« Il est très important d’anticiper en gérant par rapport aux générations futures. Et pour notre pays, il faut avoir un code de l’eau qui devrait règlementer et préserver les ressources hydriques. Un plan national d’adaptation au changement climatique qui existe déjà, mais auquel le parlement n’a jamais associé une seule loi pour le rendre exécutable. Aussi, il y la pénalisation des infractions environnementales et enfin, la sensibilisation de la population aux pratiques environnementales responsables ».

Le climatologue explique que le code ne devrait pas combattre la loi presque pas appliquée qui règlemente relative à l’eau en RDC. « Le code de l’eau va évaluer le système hydrographique, ses points forts et se points faibles, le comportement recommandé et celui prohibé, bref définir une conduite », précise-t-il. 

La RDC connait-elle vraiment ses eaux ?

Le climatologue Djibu s’inquiète que la RDC ne connaisse pas clairement la quantité d’eau que renferme son sol. En effet, les cartographies climatiques et environnementales congolaises remontent majoritairement de l’époque coloniale. Chose que le professeur décourage. Selon lui, « un code de l’eau est nécessaire, mais doit être précédé d’une cartographie du système hydrographique national. Car, regrette-t-il, On a l’impression aujourd’hui que le pays a beaucoup d’eau mais c’est une perception globale. Beaucoup de rivières ont déjà séché et d’autres n’apparaissent qu’en saison de pluie ».

Selon le rapport du World Ressources Institute, l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient sont les régions les plus stressée par la carence en eau, le Qatar en tête et la Lybie pour l’Afrique. La RDC, 143ème sur la liste des pays en meilleure posture, est malgré tout dans une situation de baisse.

Fidèle Bwirhonde 

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Réchauffement climatique

Le numérique, un grand contributeur au réchauffement climatique

Des révélations liées au réchauffement climatique accusent Internet et l’ensemble du monde numérique. Loin devant le transport aérien, le

Lire plus...
Stade Kashala Bonzolo

À Mbujimayi, des pillages au stade Kashala Bonzolo?

Des individus s'en sont pris au stade Kashala Bonzolo, l'unique capable de recevoir des compétitions internationales à Mbujimayi. Sur

Lire plus...
Haut-Katanga, Lubumbashi, députés nationaux

Le procès de 21 Bakata-Katanga a démarré à Lubumbashi

Le tribunal militaire de Lubumbashi a démarré un procès public dans l'affaire des présumés Bakata-Katanga. La deuxième audience a

Lire plus...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders