« Non, le lycée Lubusha n’a pas été vendu » (Archidiocèse de Lubumbashi)

In Congo profond
Eglise catholique RDC, Lubumbashi, Laurent Monsengwo

« Des personnes mal intentionnées ont vendu la lycée Lubusha. » La rumeur a fortement circulé depuis plus d’une semaine à Lubumbashi. Il n’en est rien de tout cela. Assurance de l’archidiocèse de Lubumbashi dont relève cette école pour filles.

Des médias, y compris le site politico.cd, n’ont pas résisté à la tentation de l’indignation populaire qui allait grandissant. « Le lycée Lubusha vendu à vil prix par des prêtres catholiques », titrait le site d’information. 

Comme beaucoup de Lushois, Jean-Claude Muyambo dénonçait lui aussi sur Twitter, la vente de l’école par « deux prêtres« . Sans en dire plus. Tout comme d’ailleurs dans de nombreux messages qui circulent encore sur Whatsapp. 

Une « fausse nouvelle », d’après le démenti du vicaire aux œuvres de l’archidiocèse de Lubumbashi, l’Abbé Simon. Il était ce week-end devant une commission parlementaire de l’assemblée provinciale du Haut-Katanga.

L’assemblée provinciale, en effet, a décidé d’en savoir plus et a dépêché à Lubusha, près de Likasi, une délégation pour des vérifications.

Il y a eu vente mais pas du lycée

Cette école pour filles a été créée dans les années 40 par un couple belge qui en a fait don à la RDC pour l’éducation de la jeune fille. Situé à près de 80km de Lubumbashi dans la cité de Lwisha, ce lycée a une valeur historique et sentimentale pour plusieurs. C’est pour y avoir étudié ou envoyé des proches. Cela explique que l’annonce de sa vente, dans une affaire annoncée comme frauduleuse, a choqué plus d’un.

Mais à Lubusha où est arrivée la commission mixte (députés et église), l’école n’a fait l’objet d’aucune vente. Toutefois, explique l’abbé Simon Mwilambwe, il existe bien une vente d’une portion de terre. 

« La concession était exposée tant à des spoliations qu’à des creuseurs artisanaux, explique le religieux. Nous n’avions pas les moyens de la sécuriser. Alors nous nous sommes dits qu’il fallait réduire la superficie du lycée », assure l’abbé Simon devant la commission des élus.

« Nous étions obligés, tout en respectant la loi et pour ne pas tout perdre, de céder une partie et garder ce qu’on est en mesure de contrôler », renchérit l’avocat conseil de l’archidiocèse de Lubumbashi, Me Arsène Mungolo.

Ne pas déranger la quiétude du lycée Lubusha

Le lycée lubusha, géré par les religieuses franciscaines, est établi sur une concession qui, avant cette vente, mesurait 24 hectares. La partie cédée (dont la mesure n’a pas été indiquée) a été achetée par l’entreprise Excellent Minéral qui serait des capitaux congolais. Cette société a toutefois la responsabilité, d’après la recommandation des députés, de conduire ses exploitations sans gêner l’intégrité de l’école ni sa quiétude traditionnelle. 

L’affaire étant ainsi dénouée, avec la collaboration des chefs traditionnels de Lwisha, l’année scolaire à venir devrait se dérouler normalement. D’ailleurs, les inscriptions auraient commencé.

Fidèle Bwirhonde

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Le calme à Lubumbashi, au lendemain des marches contre l’Afrique du Sud

Un vendredi plus calme que la veille à Lubumbashi. La police était visible à plusieurs endroits de la ville,

Lire plus...
Laurent-Désiré Kabila

Mugabe, l’ami de la RDC des Kabila

« Un digne fils de l'Afrique », les mots de Joseph Kabila à l'annonce de la mort du Zimbabwéen

Lire plus...

Jacques Kyabula rentre d’urgence à Lubumbashi après les violences contre la RSA

Le gouverneur du Haut-Katanga, Jacques Kyabula Katwe, est rentré précipitamment le soir du 5 septembre à Lubumbashi. Il participait

Lire plus...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders